Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Initiative de services de bibliothèque équitables

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Consultations

Rapport d'un groupe de discussion organisé à Halifax, en Nouvelle-Écosse
le 2 octobre 2008

Préparé par l'Association canadienne des troubles d'apprentissage (ACTA)

Télécharger les graticiels

[PDF 72 Ko] [RTF 1 712 Ko]

Contexte

On a demandé à l'Association canadienne des troubles d'apprentissage (ACTA) d'organiser un groupe de discussion et de préparer un rapport relatif à l'Initiative de services de bibliothèque équitables (ISBE) à la lumière des besoins au chapitre de l'accès à ces services. On cherchait ainsi à étoffer le mandat de l'ISBE, qui est de « créer les conditions favorables et renouvelables d'accès équitable aux services de bibliothèques [sic]... pour les Canadiens incapables de lire les imprimés ».

Le présent rapport vise à orienter une stratégie nationale pour la création de partenariats, d'activités et de services conçus pour favoriser l'accès à l'information par des personnes éprouvant des difficultés à cet égard.

En participant à cette consultation, l'ACTA devait répondre aux questions qui suivent.

  1. Quel serait selon vous le format de lecture à privilégier?
  2. Fréquentez-vous présentement une bibliothèque publique? Sinon, pourquoi? Le cas échéant, dans quel but?
  3. D'où obtenez-vous vos publications?
  4. Quelles technologies d'assistance employez-vous pour lire?
  5. Quelles technologies d'assistance pourraient se révéler utiles dans les bibliothèques publiques?

On a aussi demandé à l'ACTA de fournir :

  1. une liste des personnes présentes, en indiquant leurs fonctions et coordonnées;
  2. un résumé des commentaires émis (sans en attribuer l'origine);
  3. une liste de recommandations découlant de la discussion.

Le groupe de discussion s'est réuni dans le cadre de la conférence provinciale de la Learning Disabilities Association of Nova Scotia (LDANS). On a choisi comme moment l'heure du repas de la première journée de cette conférence. Les participants avaient été préalablement recrutés par le biais d'un envoi électronique à tous les délégués. Dans ce courriel, on précisait que les personnes recherchées devaient soit :

  • éprouver des troubles d'apprentissage (TA);
  • travailler directement avec des élèves éprouvant des TA;
  • compter dans leur famille des personnes éprouvant des TA.

Douze personnes ont participé à la discussion. Si la rencontre a officiellement duré près d'une heure et demie, bon nombre de ces personnes ont poursuivi l'échange et offert des commentaires additionnels. Plus tard, un message a été envoyé via Internet pour remercier les participants et leur fournir l'occasion d'exprimer des opinions auxquelles ils n'auraient pensé qu'après la consultation.

Liste des participants

Arlene Robinson
Enseignante

Meredith Hutchings
Ministère de l'Éducation

Sherla MacNeill
Spécialiste de l'autisme au niveau préscolaire
LD: Reading and Writing

Laurie MacAulay
Mère d'un enfant ayant un TA
Bibliothécaire adjointe à la bibliothèque publique de Halifax

Maya Warnock
Responsable d'un programme scolaire à l'intention d'enfants souffrant d'un THADA qui utilisent les services de bibliothèque

Nancy L. Cox
Psychologue agréée, équipe axée sur les enfants et les jeunes, Shelburne Mental Health Centre

Michele Moffat
Personne souffrant d'un TA

Vicki MacKinnon
Personne souffrant d'un TA

Megan Adams
Conseillère en TA au SMU Atlantic Centre

Jenna Leigh Wilson
Représentante des étudiants handicapés, Saint Mart's University
Personne souffrant d'un TA

Nicholas Earle
Enseignant
Personne souffrant d'un TA

Karen Cloghesy
Intervenante en alphabétisation

Questions soumises au groupe de discussion

Quel serait selon vous le format de lecture à privilégier?

Quatre types de format ont été évoqués pour répondre à cette question. C'est cependant les documents sur PDF ou MS WORD qui ont obtenu la cote. On a en effet affirmé que c'était ces derniers qui offraient le plus de souplesse en ce qui a trait à l'utilisation de technologies d'assistance. Voici les réponses dans leur ordre de prédilection :

  1. Format PDF ou MS WORD :
    • facile à saisir dans un appareil Kurzweil.
  2. Format numérique :
    • cyberlivres;
    • a l'avantage de permettre de voir et d'entendre un texte simultanément.
  3. Format audio/audio téléchargeable :
    • pour la lecture de divertissement.
  4. Format abrégé :
    • condensés de type « Coles Notes » et livres comportant une synopsis.

Commentaires :

« Comme j'ai de la difficulté à obtenir les textes dont j'ai besoin en version électronique, j'achète les livres, j'en convertis les pages en fichiers PDF que j'alimente ensuite dans un Kurzweil. Les formats PDF et WORD sont ceux que je préfère. »

« L'absence d'aspect visuel des versions audio ne favorise pas du tout la concentration. »

« Le format audio s'adapte plus facilement aux technologies employées à la maison et au bureau. Il est très utile. »

« Les appareils Kurzweil exigent beaucoup de formation. »

Fréquentez-vous présentement une bibliothèque publique?

On a répondu à cette question de diverses manières. De nombreuses personnes avaient déjà eu recours aux services de bibliothèque, mais la plupart disaient ne pas l'avoir fait fréquemment. Les personnes souffrant de TA ont de leur côté affirmé qu'elles ne fréquentaient pas ces établissements régulièrement.

Sinon, pourquoi?

  • Appréhension attribuable à des problèmes d'analphabétisme
  • Cotes de livre très difficiles à consulter
  • Lieux trop inconfortables pour travailler
  • Environnements très bruyants
  • Espaces réservés à la jeunesse isolés du reste de la bibliothèque et très « enfantins », alors que les livres qui s'y trouvent sont ceux qui conviennent le mieux aux nouveaux lecteurs adultes
  • Désorientation dès l'entrée à cause d'une disposition qui prête à confusion
  • Difficultés à se souvenir de rapporter les livres à cause de problèmes d'organisation, ce qui se traduit par l'imposition d'amendes
  • Tables et chaises inconfortables

Commentaires :

« Comme les personnes ayant des TA connaissent des problèmes d'épellation, elles arrivent difficilement à utiliser les catalogues sur fiches et même sur ordinateur. Les moteurs de recherche sont en effet très sensibles à la manière d'écrire les mots. »

« Je trouve les bibliothèques tout simplement intimidantes. »

« Pour obtenir les services dont j'ai besoin, il faudrait que je dévoile mon TA. C'est inacceptable! »

Le cas échéant, dans quel but?

  • Pour obtenir des livres ordinaires
  • Pour pouvoir utiliser des technologies d'assistance

Commentaire :

« Tout le monde devrait pouvoir accéder aux technologies d'assistance. Elles devraient être universellement accessibles. »

D'où obtenez-vous vos publications?

Tous les participants ont indiqué qu'ils se procuraient leurs livres dans des librairies ou par l'entremise de services en ligne, comme Chapters. L'un d'entre eux était membre d'un club.

Commentaires :

« J'achète des livres ordinaires ou audio, mais ces derniers sont difficiles à convertir en format pour lecteurs audionumériques, comme le iPod. »

« J'achète des livres quand je peux les passer au scaneur. »

Quelles technologies d'assistance employez-vous pour lire?

Seuls quelques participants ont indiqué avoir de la difficulté à lire. Ceux-là penchaient pour la technologie Kurzweil. Voici les options mentionnées.

  • Les cyberlivres
  • Tous les livres numériques
  • Les appareils Kurzweil
  • Les produits Premier Assistive

Commentaires :

« La technologie Kurzweil n'est pas idéale pour les graphiques et les tableaux, mais j'aime le fait qu'elle permette de prendre des notes. »

« Les produits Premier Assistive tendent à avoir des bogues et sont difficiles à utiliser. »

Quelles technologies d'assistance pourraient se révéler utiles dans les bibliothèques publiques?

Le groupe avait de nombreuses suggestions à ce chapitre. Beaucoup s'axaient sur les catalogues sur fiches employés pour trouver des livres. Tous s'entendaient pour dire que ce catalogue entraînait un sentiment d'insécurité dès l'arrivée à la bibliothèque. On trouve ci-dessous des recommandations précises à cet égard.

  • Catalogue électronique employant des technologies de reconnaissance des mots ou de la voix
  • Capacité d'agrandir les caractères et d'ajouter une couleur de fond au catalogue
  • Logiciel Speak Q
  • Logiciel TEXT HELP
  • Logiciel Read +
  • Appareils Kurzweil
  • Logiciel Word Q
  • Logiciel Inspiration
  • Scaneurs
  • Casques d'écoute
  • Séances de formation sur les technologies d'assistance
  • Stockage sur serveur permettant l'accès par tous les ordinateurs

Commentaires :

« Il faut avoir une bonne formation pour utiliser ces technologies. Cette formation pourrait être offerte en partenariat avec des écoles et des groupes communautaires, et donnée par des figures de proue de la collectivité. »

« Au lieu de se limiter aux ordinateurs du sous-sol, on devrait intégrer les technologies d'assistance dans tous les appareils, pour les rendre accessibles à tous. Elles devraient être stockées sur des serveurs, et non sur des postes individuels. »

Recommandations découlant de la consultation

Le groupe de discussion a formulé de nombreuses recommandations pour rehausser les services de bibliothèque en fonction des besoins des personnes atteintes de TA, de même que pour améliorer les éléments physiques des établissements de manière à ce qu'ils soient plus confortables et moins intimidants. On peut classer ces recommandations dans quatre grandes catégories. Pour en faciliter la lecture, c'est ainsi que nous les avons présentées.

Personnel

  • Les personnes souffrant de TA devraient pouvoir traiter constamment avec le ou la même employée, de manière à ne pas avoir à toujours réexpliquer leur situation.
  • Le personnel devrait recevoir une formation sur les diverses technologies d'assistance mises à la disposition des personnes atteintes deTA.
  • Le personnel devrait être sensibilisé auxTA.
  • Le personnel devrait être prêt à venir en aide aux personnes atteintes deTA.

Services

  • Les séances d'information sur les services de bibliothèque devraient être offertes à la collectivité dans son ensemble; si elles ne visent que les personnes atteintes de TA, celles-ci risquent d'être isolées comme telles.
  • On devrait envoyer aux personnes souffrant de TA des rappels par voie électronique quelques jours avant la date de remise des livres.
  • Les bibliothèques devraient régulièrement organiser des séances d'information, en prévoyant des rencontres d'orientation particulières avec les personnes et familles touchées par des TA.
  • Il faudrait prolonger les délais de retour des livres, et faire preuve d'indulgence à cet égard quand il s'agit de personnes atteintes de TA.
  • On devrait mettre en ligne (format PDF) de la documentation sur les services offerts par les diverses bibliothèques.

Milieu

  • Les halls d'entrée devraient être moins intimidants, et les espaces physiques, plus accueillants.
  • La signalisation devrait comporter plus d'images, d'invites et de diagrammes universels.
  • Les bibliothèques devraient employer les symboles PECS (Picture Exchange Communication System).
  • L'ameublement devrait être plus ergonomique.
  • Il devrait y avoir plus de salles d'étude.
  • Il devrait y avoir davantage de salles isolées pour la lecture.
  • Les appareils intégrant des technologies d'assistance devraient être installés près des entrées.

Technologies

  • Les technologies d'assistance devraient être intégrées dans d'autres ordinateurs.
  • Les technologies d'assistance devraient être logées sur un serveur.
  • On devrait mettre en place des fonctions d'anticipation des mots (de type « "Essayez avec cette orthographe ") dans les moteurs de recherche des catalogues de manière à aider les personnes éprouvant des difficultés d'épellation.
  • Au lieu d'offrir des brochures et des dépliants imprimés, il faudrait mettre l'information qu'on veut diffuser en ligne, où il est possible d'employer des technologies d'assistance à la lecture.
  • Il faudrait mettre au point un système pour aider les personnes atteintes de TA à consulter les cotes des livres.

Commentaires :

« Étant donné mes problèmes d'organisation, j'aimerais beaucoup profiter de permissions spéciales pour prolonger la durée de mes emprunts à trois ou quatre semaines. »

« Il est difficile de trouver les cotes des livres. Il m'arrive même de faire envoyer des ouvrages à un autre endroit où je peux les ramasser au comptoir, afin d'éviter d'avoir à demander de l'aide pour les trouver sur les tablettes. »

« Plusieurs employés de bibliothèque ne comprennent pas les TA, et nous font sentir que nous les dérangeons avec nos questions. »

Mot de la fin

Tous ceux qui ont participé à cette démarche ont exprimé leur plaisir d'avoir été invités et consultés sur la question des services de bibliothèque. Bon nombre d'entre eux sont même restés après la séance pour poursuivre le dialogue. Les suggestions en découlant se sont révélées très utiles, et la formule du groupe de discussion a bien fonctionné. Le fait de choisir un moment convivial comme l'heure du lunch a en outre facilité la participation, s'est avéré plus commode et a permis d'éviter l'aspect intimidant d'une rencontre qu'on aurait organisée à un endroit inconnu. Les tables rondes ont été appréciées, et le repas offert a traduit la reconnaissance des organisateurs à l'égard des personnes qui ont pris le temps de participer.

Commentaire final :

« Je suis très heureuse de constater que vous posez ces questions et que vous ayez ces attentes. Dans ma région, il n'existe virtuellement pas de programmes à l'intention des jeunes, et ces derniers m'ont rencontrée plusieurs fois cet été pour exiger des changements. J'ai été ravie de participer à cette démarche! »