Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un vrai compagnon et ami :
Le journal de William Lyon Mackenzie King

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Au cœur du journal

Bottin mondain de King : archives biographiques

Charles Eliot Norton (1827-1908)

Charles Norton, chercheur et enseignant américain, est professeur en histoire de l'art à Harvard de 1873 à 1897. Il est l'un des cousins de Charles W. Eliot, président de Harvard. L'Encyclopedia Americana décrit Norton comme « l'un des chefs de file intellectuels des États-Unis d'Amérique du XIXe siècle. » [Traduction]

Lorsque Mackenzie King se rend à Harvard, Goldwin Smith lui remet une lettre de présentation à l'intention du professeur Norton. C'est une occasion inouïe pour King de rencontrer un grand chercheur et de faire connaissance avec des membres de son cercle. King se rend souvent à la demeure des Norton, appelée Shady Hill.

À l'été 1898, les Norton invitent King à séjourner chez eux pendant qu'ils sont ailleurs au pays. « J'ai été très honoré de l'invitation », écrit King. [Traduction] (Journal, 20 mai 1898) Plus tard, il ajoute : « Me voici maintenant dans la demeure du plus grand homme en Amérique. » [Traduction] (Journal, 23 juin 1898) King et un autre étudiant y passent l'été, et les inscriptions dans le journal témoignent d'un grand bonheur et d'une immense fierté.

Norton meurt en 1908, mais son influence sur King reste forte tout au long de la vie de King. King baptise du nom de « Shady Hill » l'un de ses chalets dans la Gatineau. Même en 1939, King mentionne avoir rêvé de Norton. (Journal, 18 novembre 1939)

Précédent | Suivant