Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un vrai compagnon et ami :
Le journal de William Lyon Mackenzie King

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Au cœur du journal

Bottin mondain de King : archives biographiques

Edward A. Pickering

Edward Pickering est secrétaire particulier adjoint de King de 1929 à 1938. Il est mentionné souvent dans le journal et, tout comme d'autres membres de l'équipe de King, a un horaire de travail très chargé et irrégulier.

King écrit au sujet de Pickering : « Il n'est pas content de venir travailler une partie du temps à la maison Laurier, et je ne souhaite avoir personne autour de moi qui ne soit pas heureux dans cet environnement et ce qu'il offre comme associations et possibilités. » [Traduction] (Journal, 15 septembre 1930) Malgré la tension que laisse entrevoir ce commentaire, King semble apprécier Pickering et avoir confiance en lui, et ce dernier continue de travailler pour King pendant huit autres années.

Pickering se rend aux États-Unis en compagnie du premier ministre King en 1935, et il est témoin de l'assermentation de Vincent Massey à titre de haut-commissaire canadien au Royaume-Uni. (Journal, 2 novembre 1935) Lorsque l'ancien archiviste fédéral sir Arthur Doughty meurt en 1936, Pickering prépare la première ébauche du message d'appréciation de Doughty que King livre à la presse. (Journal, 1er décembre 1936)

Lorsque Pickering démissionne, King n'inscrit qu'une très brève mention de l'événement : « Le lien entre Pickering et le ministère s'est rompu hier, [...] après une association qui aura duré neuf ans. » [Traduction] (Journal, 2 août 1938)

Précédent | Suivant