Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un vrai compagnon et ami :
Le journal de William Lyon Mackenzie King

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Au cœur du journal

Bottin mondain de King : archives biographiques

John « Jack » Whitney Pickersgill (1905-1997)

John « Jack » Pickersgill naît dans le comté de Norfolk, en Ontario, et grandit au Manitoba. Il fait ses études à l'Université du Manitoba et à l'Université d'Oxford. Il enseigne l'histoire au Collège Wesley, à Winnipeg, pendant huit ans. En 1937, il se joint au ministère des Affaires extérieures à Ottawa. Presque aussitôt, il est affecté au Cabinet du premier ministre.

Pickersgill devient le secrétaire particulier adjoint de King en juillet 1938. À son sujet, King écrit : « Pickersgill [...] est très prometteur. Il est enthousiaste et possède un sens poussé du devoir. » [Traduction] (Journal, 2 août 1938)

Peu de temps après, Arnold Heeney est nommé secrétaire principal de King, et Pickersgill devient deuxième secrétaire. Lorsque Walter Turnbull est désigné secrétaire principal, Pickersgill continue d'occuper le deuxième rang. Turnbull administre le bureau et organise les rendez-vous du premier ministre, tandis que Pickersgill rédige les lettres et notes de service sur les questions de politique, et aide le premier ministre dans ses allocutions. King en vient à placer une grande confiance en Pickersgill. Pickersgill exerce rapidement un champ d'influence beaucoup plus large que ce que son titre de poste laisse entendre.

En 1945, Pickersgill est désigné adjoint spécial du premier ministre, et devient officiellement en charge du Cabinet du premier ministre. Après la retraite de King, il continue de servir le nouveau premier ministre, Louis St-Laurent. Pickersgill devient plus tard député et membre du Cabinet, puis, en 1967, il est nommé président de la Commission canadienne des transports.

Pickersgill est un des exécuteurs littéraires de Mackenzie King, les autres étant F.A. McGregor, Norman Robertson et l'archiviste fédéral W. Kaye Lamb. Bien que ces exécuteurs se démènent au sujet des modalités de traitement du nombre incroyable de documents que King a accumulés, Lamb assume la responsabilité principale de déterminer quels chercheurs doivent être autorisés à consulter ces documents. Après sa retraite en 1968, Lamb déménage en Colombie-Britannique et Pickersgill prend en charge l'autorisation de l'accès aux documents de King, jusqu'à ce que les décisions soient arrêtées au sujet du libre accès aux diverses séries documentaires.

Pickersgill rédige plusieurs ouvrages. The Mackenzie King Record, récit en quatre volumes de l'administration King de 1939 à 1948, repose en grande partie sur le journal de King. Seeing Canada Whole: A Memoir (1994) comprend un compte rendu intéressant des années de Pickersgill au service de King et de ses souvenirs des collègues du temps.

Les documents sur J.W. Pickersgill sont conservés à Bibliothèque et Archives Canada (MG32-B34).

Précédent | Suivant