Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - LIVRES D'ARTISTES
UNE LECTURE RÉINVENTÉE

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Galerie des artistes

Lise Melhorn-Boe

« Mon œuvre consiste, pour l'essentiel, en un examen de l'expérience de la femme dans notre société. J'y ai traité d'enjeux à la fois personnels et politiques, allant de la perception qu'ont les femmes de notre corps jusqu'à la relation existant entre les images de la mode et la pornographie. J'ai étudié la socialisation des femmes dans la société nord-américaine et le rôle que nous y tenons. J'utilise souvent l'humour, qui me sert d'outil pour susciter chez l'observateur un regard critique sur une situation. Mes œuvres font appel, dans la plupart des cas, au texte, qui reprend souvent des récits de femmes que j'ai recueillis oralement ou au moyen de questionnaires. Plus récemment, j'ai travaillé à partir de mes propres récits.

Ayant recours à toute une gamme de matériaux et de techniques — y compris du papier et du tissu, la photocopie et la broderie —, je retiens ce qui me semble offrir la structure la plus appropriée pour le contenu de mes œuvres. Je commence presque toujours avec le récit, mais je m'amuse beaucoup à jouer avec la forme du livre, soucieuse que je suis de l'amener à livrer son propre récit. Je travaille actuellement à une nouvelle série de livres d'artistes qui s'articule autour du thème des liens entre notre santé et notre environnement. [Traduction libre] »

Énoncé de Lise Melhorn-Boe

L'œuvre de Lise Melhorn-Boe pourrait être assimilée à une étude sociologique sur laquelle aurait soufflé un vent de folie. Dès qu'elle produit ses premiers livres d'artistes, la mesure est donnée : fantaisistes, ironiques, déstabilisants, ils s'imposent comme étant résolument féministes.

Née dans la ville minière de Noranda, au Québec, elle est encouragée dès l'enfance à dessiner, à bricoler et à peindre par sa mère, la peintre Pauline Gilmore-Melhorn, qui exercera ainsi sur elle une influence déterminante. Après une incursion en architecture, elle décide de se mettre à l'étude des arts visuels à l'University of Guelph et elle entreprend une maîtrise en arts visuels à la Wayne State University de Detroit. C'est d'ailleurs dans les ateliers d'impression et de fabrication du papier de cette université, qu'elle qualifie humoristiquement de « donjon frigorifique [Traduction libre] », que ses premières œuvres seront réalisées.

Livre grisâtre en forme de jambe avec, au centre de la première page juste sous le genou, le titre imprimé en noir. La feuille de papier se place à l'intérieur d'un bas tricoté rose avec deux jarretelles anciennes. Le bas, ramené sur la cheville, laisse voir la partie supérieur du livre.

Hairy Legs

Source

Depuis vingt-cinq ans, les livres de Melhorn-Boe empruntent les formes les plus hétéroclites pour s'adapter au sujet dont ils traitent. Le livre Hairy Legs, édité en 1982 par Transformer Press, sa maison d'édition, inaugure une série où le papier-matière façonne le corps même de l'ouvrage. Dans cette série, la couleur rose de la pâte est déclinée sur tous les tons. Connotée, elle sert de repoussoir visuel et met ainsi d'autant mieux en valeur le propos de ses livres traitant de la construction sociale des modèles féminins traditionnels.

Allusion au slogan féministe des années 1960 « Le privé est politique », le geste intime de l'épilation chez la femme constitue l'enjeu de Hairy Legs, un livre « velu » par nature, puisque la matière même de ses pages, en forme de jambe, intègre des poils. La formule du questionnaire utilisée pour l'étude statistique et sociologique sert de fondement au texte. Par ailleurs, dans High Heels, les textes faisant office de semelles intérieures de ses paradoxaux talons hauts fournissent, à plusieurs voix, diverses réponses sur les raisons personnelles qui incitent les femmes à porter de telles chaussures. Enfin, l'usage que font tant les hommes que les femmes de la couleur rose est exploré dans Powder Puff Pink.

En 1990, Melhorn-Boe déménage à North Bay, en Ontario. Elle réalise alors The Sex Lives of Vegetables, une réinterprétation de l'usuel catalogue de semences, où les savoureux poèmes de Lorna Crozier auraient réveillé la libido du potager. Dans les récits biographiques Rough Girls et Girls I Have Known, les silhouettes masculines et féminines, faites de papier, servent à situer visuellement les protagonistes du récit. Cinderella fait partie d'un cycle sur les contes populaires destinés notamment aux petites filles. En puisant aux textes et images publicitaires trouvés dans les magazines féminins, l'artiste met en évidence dans ces contes les stéréotypes qu'ils établissent, pour mieux détourner, volontairement, leur finalité.