Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Exploration et colonisation > Pierre à pierre English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière: William E. Logan et la Commission géologique du Canada : Pierre à pierre
Introduction
Interprétation des collections
Collections numériques
Institutions partenaires

Introduction :

William Logan : l'auteur

William Logan : sa biographie

William Logan : ses documents

Ses journaux

Ses carnets

Ses publications

Ses cartes géologiques

L'interprétation des collections

William Logan : la biographie d'un arpenteur géologue

Photo de l'octant qu'a remporté William Logan à l'université pour ses succès en géométrie

Octant qu'a remporté William Logan pour avoir obtenu la plus haute note en géométrie à l'Université d'Édimbourg, en Écosse
Source

William Edmond Logan est né à Montréal le 20 avril 1798. Immigrés de l'Écosse, son père et son oncle étaient boulangers et marchands et possédaient des commerces florissants. Logan a commencé l'école à Montréal et, lorsque sa famille est retournée en Écosse, il a continué ses études à l'école secondaire d'Édimbourg, puis à l'université d'Édimbourg pendant un an. Son oncle Hart Logan étant devenu un homme d'affaires prospère, William a travaillé pour lui pendant les quinze années suivantes, d'abord à Londres dans les années 1820, puis dans le sud du pays de Galles à partir de 1831.

En raison des gisements houillers abondants qui l'entouraient, Swansea (sud du pays de Galles) était un centre industriel important. Logan a aussitôt commencé à dessiner des cartes des terrains houillers environnants, une activité qui conjuguait sa passion pour le travail méticuleux avec la popularité grandissante de la géologie. Logan a également contribué à la fondation d'une association scientifique locale, la Royal Institution of South Wales. Lorsque la nouvelle British Geological Survey, dirigée par Henry T. De la Beche, est arrivée dans le sud du pays de Galles, Logan s'est lié d'amitié avec De la Beche. Logan s'est distingué par ses travaux, qui ont permis de fixer de nouvelles normes de précision et ont ensuite été intégrés aux rapports de la British Geological Survey.

En 1841, les autorités législatives coloniales de la Province du Canada (de nos jours, le sud de l'Ontario et du Québec) ont approuvé le financement d'une commission géologique, tout comme plusieurs États américains l'avaient fait au cours des années précédentes. Les Canadiens tenaient beaucoup à dresser l'inventaire de leurs ressources naturelles, car il leur fallait d'abord diversifier l'économie de la colonie et promouvoir le développement industriel pour être en mesure d'accéder à l'autonomie. Logan, qui n'avait pas d'emploi fixe depuis la mort de son oncle quelques années auparavant, était le candidat idéal à la direction de cette commission géologique, et ce, pour plusieurs raisons : il était né au Canada, il était bien connu du milieu géologique britannique, il possédait de l'expérience en cartographie et il se spécialisait dans le charbon, la ressource minérale la plus recherchée.

Logan a consacré le reste de sa carrière au Canada. Dans les années 1840, ses travaux géologiques l'ont amené dans la péninsule gaspésienne, la vallée de l'Outaouais et les territoires au nord des lacs Huron et Supérieur. Son travail au bureau de la Commission géologique du Canada (CGC) à Montréal s'est révélé tout aussi important. Il a obtenu l'appui politique nécessaire pour maintenir la Commission géologique en service année après année, il a fondé un musée et il a réuni des collections de minéraux canadiens à valeur commerciale pour des expositions en Europe.

Photo de l'avers et du revers de la médaille Wollaston que William Logan a reçue en 1856

Médaille Wollaston que la Geographical Society of London a décernée à William Logan en 1856. C'était la plus haute distinction donnée à des géologues par des géologues
Source

Logan a reçu des prix prestigieux de sociétés scientifiques britanniques et, après l'exposition de 1855 à Paris, il a été fait chevalier par la reine Victoria. Il s'est retiré de la Commission géologique en 1869, à l'âge de 71 ans, après avoir publié Géologie du Canada et sa grande carte géologique du Canada. Il a continué à travailler à des projets personnels pendant quelques années, mais sa santé s'est mise à décliner. Il est décédé le 22 juin 1875 au domicile de sa sœur Eliza, au pays de Galles.

Les sites énumérés ci-dessous donnent des renseignements additionnels sur sir William Logan et ses travaux.

  • Ressources naturelles Canada. Commission géologique du Canada. Sir William Logan 1798-1875 http://gsc.nrcan.gc.ca/hist/logan/index_f.php

  • Ressources naturelles Canada. Commission géologique du Canada. Pierre par Pierre. Les 150 années de la Commission géologique du Canada de Christy Vodden http://gsc.nrcan.gc.ca/history_f.php

  • Toronto Public Library Scrapbook

  • Nos racines. Les histoires locales du Canada en ligne. Life of Sir William E. Logan : chiefly compiled from his letters, journals and reports de B. J. Harrington www.ourroots.ca/e/toc.asp?id=3040

Précédent Suivant