Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Médecins canadiens célèbres

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Sir Frederick Banting

Photo du Dr Frederick Banting vers 1920-1925, Toronto (Ontario)

Source
Dr Frederick Banting vers 1920-1925, Toronto (Ontario)

Sir Frederick Banting est l'un des héros médicaux les plus acclamés du XXe siècle. Sa découverte de l'insuline, avec son assistant Charles Best et ses autres collègues, est l'une des plus grandes découvertes médicales du siècle qui a sauvé ou transformé la vie de millions de personnes souffrant de diabète.

Frederick Banting est né le 14 novembre 1891 à Alliston, à 60 km au nord de Toronto. Il est le benjamin de cinq enfants d'une famille d'agriculteurs pleins d'ardeur au travail et fervents pratiquants méthodistes. Le jeune Frederick est un élève médiocre qui finit son secondaire avec beaucoup de difficultés et rate sa première année en arts à l'Université de Toronto. Mais, puisqu'il rêve d'être médecin, il persévère à l'Université jusqu'à ce qu'il soit accepté, en septembre 1912, à la faculté de médecine. Un de ses camarades de classe n'est nul autre que Norman Bethune, qui deviendra également un chirurgien de renom.

Service de guerre

Photo du Dr Frederick Banting et de Marion Robertson Banting le jour de leur mariage, 4 juin 1924

Source
Dr Frederick Banting et Marion Robertson Banting le jour de leur mariage, 4 juin 1924


Photo de Sir Frederick Banting en compagnie de sa seconde épouse Henrietta (Lady Banting), 1939

Source
Sir Frederick Banting en compagnie de sa seconde épouse Henrietta (Lady Banting), 1939

Frederick Banting obtient son diplôme de la faculté de médecine en 1916 alors que la Première Guerre mondiale fait rage en Europe. Il veut absolument participer à l'effort de guerre, mais il est refusé par deux fois à cause de ses problèmes de vue. Sans se décourager, il essaie de nouveau et est accepté dans le Corps de santé de l'Armée canadienne. Il quitte pour la France l'année suivante et sert comme médecin militaire dans le secteur d'Amiens-Arras et, plus tard, dans la 4e division près de Cambrai. Vers la fin de septembre 1918, quelques semaines avant l'Armistice, il est blessé au bras droit par un obus allemand. Malgré sa blessure, il continue à soigner ses patients. Il est décoré de la Croix militaire pour son courage et sa détermination au front.

Frederick revient au Canada en février 1919. Il termine sa formation comme chirurgien orthopédique et commence à pratiquer à London, en Ontario en juillet 1920. C'est une période très difficile pour ce médecin inconnu. Il a peu de clients, d'importants problèmes financiers et une conjointe qui menace de le quitter. Afin d'arrondir ses fins de mois, il commence à donner des cours magistraux à temps partiel à la faculté de médecine de l'Université Western Ontario en anatomie et en chirurgie. Il gagne deux dollars de l'heure.

Pendant ses loisirs, Frederick peint des aquarelles simples, en copiant des images dans des revues. Il espère en vendre quelques-unes pour payer ses factures, mais personne n'en veut.

Photo du Dr Frederick Banting

Source
Dr Frederick Banting

La naissance d'une idée

Frederick Banting travaille à temps partiel à l'Université quand une idée de recherche lui vient, au cours d'une nuit d'insomnie le 31 octobre 1920, alors qu'il lit un journal médical.

Il pense à isoler une substance sécrétée par le pancréas, une glande gélatineuse située derrière l'estomac. Il se souvient avoir appris que cette sécrétion sert à réguler le taux de sucre dans le sang. Il se dit que s'il parvient à l'isoler, il pourra sans doute trouver un traitement pour le diabète.

L'aventure commence

Frederick, très excité par son idée, se rend à Toronto pour en parler avec J.J.R. Macleod, professeur de physiologie à l'Université de Toronto. Monsieur Macleod écoute avec beaucoup de scepticisme un Frederick, hésitant et timide, décrire son projet. Loin d'être impressionné, il tient pourtant à savoir pourquoi Frederick pense pouvoir réussir là où tant d'autres ont échoué.

Malgré tout, l'année suivante, en mai 1921, l'Université lui accorde la permission de lancer son projet. Il travaille sous la direction de M. Macleod, dans un petit laboratoire au dernier étage de la faculté de médecine de l'Université. En outre, M. Macleod lui assigne un de ses assistants de recherche, un jeune diplômé, Charles Best. Ils commencent à travailler ensemble le 17 mai 1921.

Au travail

Photo du Dr Frederick Banting (à droite) et Dr Charles Best, découvreurs de l'insuline

Source
Dr Frederick Banting (à droite) et Dr Charles Best, découvreurs de l'insuline

Frederick et Charles mènent leurs expériences dans un décor des plus mornes et, pendant des mois, ils ne parviennent pas à confirmer l'hypothèse de Frederick. Ils persévèrent en faisant l'essai de leur substance sur des chiens. C'est un processus long et ardu, et peu de gens pensent qu'ils réussiront. Pourtant, un jour, leur persévérance porte ses fruits.

Le symptôme principal du diabète est un taux anormalement élevé de sucre dans le sang. À la grande joie de Frederick, les injections de la substance, qu'il nomme plus tard « insuline », font baisser le taux de sucre dans le sang de plusieurs chiens diabétiques. Ce sont ces résultats probants qui encouragent les chercheurs à pousser leurs recherches jusqu'à l'hiver 1921 où ils peuvent annoncer officiellement que les injections d'insuline permettent de traiter efficacement le diabète chez ces animaux.

Une découverte vitale

En décembre 1921, M. Macleod invite J.B. Collip, un biochimiste, à se joindre à l'équipe de recherche. L'équipe n'a toujours pas testé cette substance sur un être humain. La chance leur sourit le 23 janvier 1922 alors que Frederick et Charles apportent leur substance à l'Hôpital Général de Toronto pour l'essayer sur un garçon de 14 ans qui risque de mourir du diabète. Ils lui injectent un extrait pancréatique de bœœuf purifié préparé par M. Collip. Ce garçon est le premier diabétique à recevoir cette injection. Sa rémission est une preuve convaincante que l'équipe torontoise a fait une découverte incroyable.

Photo de A.Y. Jackson et du Dr Frederick Banting effectuant des croquis à bord du S.S BEOTHIC durant leur voyage dans l'Arctique, 1927

Source
A.Y. Jackson et Dr Frederick Banting effectuant des croquis à bord du S.S. Beothic durant leur voyage dans l'Arctique, 1927


Page de titre du livre THE FAR NORTH: A BOOK OF DRAWINGS de A.Y. Jackson, 1927

Source
Page de titre du livre The Far North: A Book of Drawings de A.Y. Jackson, 1927


Carte de A.Y. Jackson du trajet du S.S. BEOTHIC

Source
Carte de A.Y. Jackson du trajet du S.S. Beothic

Texte d'introduction écrit par Dr Frederick Banting dans le livre THE FAR NORTH: A BOOK OF DRAWINGS de A.Y. Jackson, 1927

Source
Introduction écrite par Dr Frederick Banting dans le livre The Far North: A Book of Drawings de A.Y. Jackson, 1927

Les chercheurs réussissent à démontrer que l'insuline peut servir de traitement efficace contre le diabète. À la suite de ce succès, Frederick Banting est le premier Canadien à être nommé professeur de recherche médicale. En 1923, Frederick Banting, alors âgé de 32 ans, est l'homme le plus célèbre au pays. Il reçoit des lettres et des cadeaux de centaines de diabétiques reconnaissants de partout au monde.

Frederick Banting retourne ensuite à son premier amour, la peinture, et devient un compagnon de croquis d'A.Y. Jackson du Groupe des sept. Ses peintures lui permettent de s'échapper de sa vie amoureuse tumultueuse. Il s'est marié à deux reprises et son premier divorce très médiatisé l'angoisse énormément.

Une autre guerre en Europe

Alors qu'une autre guerre est imminente en Europe, Frederick souhaite participer de nouveau à l'effort de guerre et se lance dans la recherche militaire et dans des projets ultrasecrets sur les armes bactériologiques pour les Forces canadiennes. En 1941, alors qu'il se rend en Grande-Bretagne en mission scientifique secrète, son avion s'écrase au-dessus de Terre-Neuve et il est tué sur le coup.

Lettre adressée au Dr Frederick Banting de Betsy, une enfant diabétique

Source
Lettre de Betsy, une enfant diabétique

Comme principal découvreur de l'insuline, Frederick Banting reçoit beaucoup d'argent ainsi qu'une foule de prix et de signes de reconnaissance. En 1923, il reçoit le Prix Nobel en physiologie avec son collègue, J.J.R. Macleod. Frederick partage son prix avec son partenaire de recherche, Charles Best. En 1934, il fait partie du dernier groupe de Canadiens à être faits chevaliers par le roi George V. Il s'agit d'une reconnaissance tout à fait appropriée pour un homme dont la découverte a révolutionné le monde.