Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

IntroductionBannière : Susanna Moodie et Catharine Parr Traill
BiographiesBannière : Susanna Moodie et Catharine Parr TraillManuscrits et journaux intimesLettresBannière : Susanna Moodie et Catharine Parr Traill
Vie en AngleterreÀ propos des collections
Émigration et vie dans les bois
Vie dans les villes
Écrits et publications
Milieu naturel
Religion et spiritisme
Matriarches
Glossaire

Plans de leçons
Ressources
À propos de ce site
Commentaires

Biographies

Les sï¿œurs en Angleterre
Mariage et émigration au Canada
Catharine Parr Traill
Susanna Moodie
Arbre généalogique des parents Strickland
Arbre généalogique de Samuel Strickland


Les sï¿œurs en Angleterre

Catharine Parr Strickland

Nées en Angleterre à seulement vingt-trois mois d'intervalle, Catharine Parr Strickland (1802-1899) et Susanna Strickland (1803-1885) ont été élevées à Reydon, dans le comté rural et côtier de Suffolk, avec leurs quatre sï¿œurs aînées et leurs deux frères cadets. Aucune des sï¿œurs n'a été scolarisée. Par contre, leurs parents ont veillé à leur éducation tant dans le domaine des occupations ménagères (produits laitiers, jardin potager) que dans celui de la culture générale (mathématiques, histoire).

De plus, elles ont été fortement encouragées à lire autant qu'elles le pouvaient des ouvrages de la bibliothèque de leur père. Leur vie au départ s'est déroulée dans la tranquillité et l'isolement, même si tous les enfants passaient du temps à Norwich où leur père, Thomas, avait des intérêts commerciaux.

Cinq des six sï¿œurs Strickland sont devenues écrivaines professionnelles. Les deux aînées, Eliza et Agnes, se sont fait connaître au milieu du siècle comme des historiennes de la royauté et de l'aristocratie britanniques. Étant les cadettes, Catharine et Susanna étaient souvent laissées à « Reydon Hall » pour s'amuser. Même si elles étaient de tempérament très différent, les deux sï¿œurs se sentaient très proches et partageaient souvent leurs écrits à l'état d'ébauche.

Susanna Strickland

Catharine affirme quï¿œelle a publié un livre en 1818 et quï¿œelle en a écrit au moins douze destinés à la publication avant son mariage en 1832. Susanna a fait paraître son premier livre pour enfants en 1822. Au printemps de 1832, année où elle a émigré au Canada avec son mari et sa fille, elle a déjà publié plusieurs livres pour enfants et commencé à s'imposer comme poétesse, romancière et artiste grâce à ses croquis à couleur locale. C'est dire que, vers 1832, Catharine et Susanna ont déjà acquis le statut d'écrivaines expérimentées qui savaient très bien comment s'y prendre avec les éditeurs anglais et qui avaient très envie de rendre compte de leurs nouvelles expériences dans la colonie du Nord.

Haut de la page


Mariage et émigration au Canada

En 1831, Susanna se marie avec John Moodie (1797-1869), Écossais originaire des îles Orcades; il avait servi lors des guerres napoléoniennes et recevait une pension pour ses services. Au début des années 1820, il part en Afrique du Sud avec son frère et commence à exploiter une ferme près de Cape Colony (Cape of Good Hope). En 1831, il présente Thomas Traill (1793-1859), son compagnon d'armes et Orcadien comme lui, à Catharine. Ancien d'Oxford, Thomas vivait sur le continent depuis une décennie avec sa première femme et ses deux fils. Il parle couramment plusieurs langues. Veuf et seul, il épouse Catharine au printemps de 1832 et part tout de suite avec elle pour le Canada en passant par l'Écosse. En 1832, John et Susanna quittent également l'Angleterre pour le Canada.

En 1834, les deux familles sont déjà installées dans l'arrière-pays et occupent des fermes voisines le long de la côte est du lac Katchewanooka, élargissement du chenal de la rivière Otonabee, située à environ quinze kilomètres au nord de Peterborough et tout juste au nord de l'actuelle ville de Lakefield. La famille Traill est venue s'installer directement dans la région où, de 1832 à 1833, elle a construit une maison de rondins, tandis que la famille Moodie a d'abord vécu jusqu'en février 1834 dans le canton de Hamilton, près de Cobourg, où elle s'est procuré une ferme essartée. Les deux familles se fixent à Katchewanooka en raison notamment de l'influence, de l'expérience et du soutien de Samuel Strickland (1805-1867), frère des deux sï¿œurs, qui a émigré au Canada en 1825 et qui, en 1831, a construit sa maison de rondins au bord du lac dans l'espoir de tirer profit du cours d'eau débouchant directement sur le lac Ontario.

Pionnières, les deux familles ont subi de rudes épreuves dans les bois et les effets de la dépression économique de 1836 à 1837. Pendant ces années, les deux sï¿œurs ont mis au monde plusieurs enfants et ont eu beaucoup de difficultés à joindre les deux bouts, autant d'expériences qui ont par la suite marqué leurs ï¿œuvres.

Haut de la page



Divulgation proactive