Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Enregistrements sonores autochtones : la musique et la chanson

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Les Premières nations

La flûte

La flûte fait partie de la culture autochtone de l'Amérique du Sud jusqu'à la toundra arctique. À l'origine, elle était utilisée pour raconter des histoires, faire la cour, soigner et divertir. Traditionnellement, les hommes en jouaient aussi pour recouvrer l'équilibre avec leur milieu.

La flûte est fabriquée à partir d'une variété de matériaux, comme le bois, le roseau, l'argile, les cornes caduques et les os. Certaines des plus petites flûtes sont faites de saule et leur taille se compare à celle d'un pipeau. Les flûtes les plus grandes peuvent atteindre plus d'un mètre de long.

La plus petite flûte autochtone, le sifflet en os d'aigle, est faite de l'os de l'aile d'un oiseau (ulna) et est jouée lors de cérémonies de la danse du soleil. Elle fait partie du costume de certaines sociétés et peut aussi servir de leurre de chasse.

Le type de flûte autochtone le plus populaire est la flûte à bloc à embouchure terminale. Cette flûte provient du nord-est de l'Amérique du Nord, des régions aujourd'hui connues sous le nom de Nouvelle-Écosse et de Maine. Jusqu'au milieu des années 1700, elle était largement employée dans la région des forêts de l'Est, qui s'étend du nord-est des États-Unis au sud-est du Canada.

La flûte à bloc à embouchure terminale est très différente des flûtes à bec européennes en bois. Elle est munie d'une chambre à air supérieure et la circulation de l'air est contrôlée par un petit oiseau sculpté qui est fixé sur l'ouverture. Certaines sont construites en deux longues parties, telles un roseau coupé en deux. La flûte comporte de trois à six trous et l'extrémité est souvent ornée d'une tête d'oiseau sculptée.

Disparition et renaissance

Après la colonisation, la flûte traditionnelle autochtone a disparu, jusqu'à ce que certains artistes la fassent renaître au début des années 1970, notamment John Rainer (Taos Pueblo/Creek) [www.johnrainerjr.com/] (disponible en anglais seulement, consulté le 4 juin 2007), Stan Snake (Ponca), Doc Tate Nevaquaya (Comanche) [http://folkways.si.edu/albumdetails.aspx?itemid=3025] (disponible en anglais seulement, consulté le 4 juin 2007) et R. Carlos Nakai (Ute/Navajo) [www.rcarlosnakai.com/] (disponible en anglais seulement, consulté le 4 juin 2007).

En 2000, un nombre surprenant de flûtistes autochtones des quatre coins du continent enregistraient des albums et interprétaient leurs propres adaptations de la musique pour flûte autochtone traditionnelle ou contemporaine.

Cependant, un nombre grandissant d'artistes de nouvel âge non autochtones ont commencé à intégrer la musique pour flûte autochtone à leur propre musique, ce qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'utilisation du patrimoine culturel d'autrui pour faire de l'argent. Cette pratique est considérée comme une appropriation culturelle et une forme de colonialisme.