Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Enregistrements sonores autochtones : la musique et la chanson

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Styles

Les influences européennes

Lorsque les Européens sont arrivés dans ce qui deviendra l'Amérique du Nord, ils ont apporté avec eux leurs propres traditions musicales. Les explorateurs comme Jacques Cartier et Samuel de Champlain avaient avec eux des soldats qui ont fait connaître aux autochtones la musique militaire, la musique des corps de fifres et de tambours, ainsi que les hymnes chrétiennes.

Durant les années 1600, les missionnaires français ont apporté des instruments tels que les orgues et les violes (ancêtres du violon). Ils ont enseigné des hymnes et d'autres musiques aux Autochtones convertis. Ces derniers ont appris la musique folklorique anglaise et française accompagnée de violons et d'autres instruments.

À la fin du 19e siècle et durant une bonne partie du 20e siècle, les enfants autochtones ont été envoyés dans des pensionnats tenus par des religieux. Ils ont alors été en contact avec des groupes musicaux liturgiques et scolaires. Ceux qui ont servi dans les forces armées ont également été initiés aux fanfares.


L'évolution de la musique autochtone

Durant les années 1930 et 1940, de nombreuses fanfares autochtones se sont formées un peu partout en Amérique du Nord, par exemple, le Silver Nightingale Band [www.barriejazzbluesfest.com/ANISHIATIVE/
Nightingale%20Band.htm
] (disponible en anglais seulement, consulté le 28 mai 2007), de la réserve de Rama, en Ontario. Bien que les musiciens autochtones utilisaient comme base la musique folklorique traditionnelle et le country, certains ont emprunté au jazz, au blues et au rock.

À l'instar des genres musicaux qui explosent maintenant dans toutes les directions, les musiciens autochtones de l'Arctique jusqu'au sud des États-Unis jouent de tous les genres : folklore, hymnes religieux, classique, électronique, country, hip-hop, heavy métal, punk, reggae, rap et musiques du monde.

Le rap et le hip-hop sont principalement interprétés par des jeunes, adolescents ou dans la vingtaine, qui imitent souvent les grandes icônes de l'industrie. Certaines paroles de rap se font remarquer par leur manque de respect envers les femmes, ainsi que par leur description de la débauche ou du crime.

Les artistes autochtones intègrent ces nouvelles expressions aux sonorités caractéristiques de leur culture, mettant ainsi leur musique à l'écart de la tendance générale.


La musique autochtone contemporaine

La plupart des musiciens autochtones d'aujourd'hui tirent leur art de la musique traditionnelle. Ils utilisent des instruments traditionnels comme la flûte et le tambour, parfois accompagnés d'effets sonores de la nature (le vent, les chants d'oiseaux, etc.) qui viennent renforcer l'identité culturelle de leur musique.

Les sujets traités mettent habituellement l'accent sur la vie des autochtones, soit l'identité, l'histoire, l'actualité, les personnages influents ou la spiritualité. Cette spiritualité donne souvent sa couleur aux musiques nouvel âge, rock et country. Les chansons rock et heavy métal servent fréquemment à véhiculer la prise de position, la résistance et l'identité politiques.

L'interprète inuite de chants gutturaux Tanya Tagaq Gillis [www.tanyatagaq.com/] (disponible en anglais seulement, consulté le 28 mai 2007), intègre à ses chansons des éléments musicaux contemporains. Le flûtiste mohawk Thomas Maracle [http://www.whiteeaglerecords.ca/artists-t-30.html] (disponible en anglais seulement, consulté le 21 juillet 2009), emploie l'électronique pour agrémenter son œuvre.


Une influence dans les deux sens

Si la musique autochtone a été influencée par la culture dominante, cette influence s'est aussi manifestée dans l'autre sens. L'interprète inuit de chants gutturaux Tanya Tagaq Gillis a accompagné la chanteuse islandaise Björk lors de sa tournée en 2001. Les Barenaked Ladies ont invité le groupe de pow-wow Stoney Park à participer à leur chanson « Spider in my Room » sur l'album Born on a Pirate Ship.

Aujourd'hui, les musiciens autochtones s'expriment dans tous les genres musicaux contemporains; ils communiquent leurs idées, leurs désirs et leur créativité sous une multitude de formes. Leur musique est devenue une industrie à part entière.