Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Une école virtuelle

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Un retour dans le passé

1900    Version Flash      1 | 2 | 3

1840

Interprétation artistique de l'extérieur d'une école rurale typique d'une pièce, en bois rond, et d'une cour d'école, en Amérique du Nord britannique, en 1840
Interprétation artistique de l'intérieur d'une école d'une pièce, vue du fond de la salle
Interprétation artistique de l'intérieur d'une école d'une pièce, vue du fond de la salle
L'extérieur de l'école
Interprétation artistique de l'extérieur d'une école rurale typique d'une pièce, en bois rond, en Amérique du Nord britannique, en 1840

On a du mal à imaginer que, à une certaine époque au Canada, il n'y avait pas d'école dans les collectivités. Et pourtant, il n'y a pas si longtemps de cela, les enfants s'instruisaient dans leur propre maison, chez un voisin ou à l'église de la localité. Néanmoins il arrivait alors aussi que des enfants ne reçoivent aucune véritable instruction, et que l'on se limite à leur inculquer les compétences et connaissances dont ils auraient besoin pour se débrouiller dans la vie.

Lorsqu'une collectivité en venait à compter un nombre suffisant de familles avec des enfants, on se réunissait entre voisins pour convenir de l'endroit où une école à classe unique serait construite pour assurer l'instruction des jeunes. Comme les fenêtres étaient très coûteuses, les premières écoles n'en comptaient souvent qu'une ou deux pour laisser entrer un peu de lumière. Mais ce manque d'éclairage rendait encore plus difficile l'apprentissage de la lecture et de l'écriture !

L'enseignant
Interprétation artistique d'un enseignant d'âge moyen à l'avant de la salle de classe

La plupart des premiers enseignants étaient des hommes, qui n'avaient toutefois souvent aucune formation en pédagogie. Plus étonnant encore, certains ne savaient qu'à peine lire et écrire. Dans bien des cas, ils se recrutaient parmi les soldats à la retraite, ou encore parmi les hommes qui n'étaient pas faits pour le travail physique. Errant d'un endroit à l'autre à la recherche d'un emploi, ils se faisaient engager comme enseignants même s'ils n'avaient souvent que très peu de compétences en enseignement. On les embauchait souvent parce qu'ils étaient les seules personnes disponibles et qu'ils étaient prêts à accepter un très modeste salaire. Une fois en poste, ils vivaient habituellement en pension dans la famille d'un de leurs élèves. Dans certains cas, les familles des élèves les accueillaient à tour de rôle. Ils pouvaient tout aussi bien être payés en argent qu'en biens de toutes sortes, qu'ils devaient par la suite vendre ou échanger au magasin général pour obtenir ce dont ils avaient besoin. Par ailleurs, il arrivait aussi parfois qu'une femme de la collectivité décide de faire la classe chez elle, en intégrant à ses propres enfants ceux du voisinage.

Les élèves
Interprétation artistique de garçons jouant dans une cour d'école

À l'époque, aucune loi n'obligeait les enfants à fréquenter l'école. Le nombre d'élèves dans la classe variait en fonction de la présence d'enfants dans la collectivité, et du nombre de ces enfants qui avaient eu la permission de leurs parents d'aller à l'école. Certains enfants devaient rester à la maison pour venir en aide à leur famille. D'autres n'avaient tout simplement pas de manteaux chauds ou de bottes pour marcher jusqu'à l'école et en revenir durant les mois d'hiver. Quoi qu'il en soit, l'enseignant se retrouvait alors devant des élèves de tous âges et de plusieurs niveaux scolaires rassemblés dans une seule et même classe.

Je me souviens...

« C'était au printemps de mille huit cent trente et un... J'avais atteint l'âge respectable de quatre ans lorsque mon père a déclaré qu'il était temps que j'aille à l'école. En guise de préparation, mon premier geste a été d'acheter, d'une Indienne, un petit panier aux couleurs vives pour transporter mon repas du midi. On y a déposé quelques belles tranches de pain, du beurre et un œuf dur. Je portais une robe de calicot bleu et blanc, et une capeline du même tissu complétait ma toilette. Et c'est ainsi que la petite écolière a entrepris son long trajet solitaire d'un mille et demi, surtout en forêt avec, ici et là, une maison. »

Letitia Youmans, Campaign Echoes: the Autobiography of Mrs. Letitia Youmans, the Pioneer of the White Ribbon Movement in Canada (Toronto : William Briggs, 1893), p. 28.

Toilettes extérieures
Interprétation artistique de deux toilettes extérieures dans une cour d'école

Il n'y avait pas de toilettes intérieures dans les premières écoles. Les enseignants et les élèves devaient se servir d'une toilette extérieure. Lorsqu'un élève demandait la permission d'aller à la toilette en plein hiver, l'enseignant pouvait être sûr qu'il ne s'agissait pas d'un simple prétexte pour s'offrir une pause !

« Il valait mieux demander, chaque semaine ou chaque mois, à deux ou trois des garçons figurant parmi les plus âgés et les plus fiables de s'occuper de ces toilettes extérieures, en leur confiant la responsabilité [de les nettoyer]. »

Alexander Forrester, The Teacher's Text Book (Halifax : A. & W. MacKinlay, 1867), p. 503.

Suivant