Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Le Canada et la Première Guerre mondiale

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Journal transcription - Georges Vanier - Nous y étions

MG32-A2, vol. 93, dossier Journal 1918
Extraits du journal personnel de Georges P. Vanier
Quelques extraits illustrant certaines phases des Cent derniers jours et de sa convalescence.

Avec la permission de Madame Thérèse Vanier.

Certains extraits du journal de Georges Vanier présentés ci-haut ont été publiés sous la direction de Madame Deborah Cowley, dans un ouvrage intitulés Georges Vanier: Soldier. The Wartime Letters and Diaries, 1915-1919 par Dundurn Press, disponible depuis octobre 2000.

Bibliothèque et Archives Canada
MG32-A2, vol. 93, dossier Journal 1918


Transcription des extraits du journal personnel de Georges P. Vanier
Page 1, gauche

Ligny St-Hochel / CCS

Je n'ai pas craché de sang hier soir. Nuit assez calme.

Dans nuit 2/3 [i.e. « du 2 au 3 » septembre 1918], McKennan est arrivé souffrant d'ébranlement dû à explosions d'obus. Coïncidence extraordinaire, on lui donné [le] lit vis-à-vis de moi. Est parti de bonne heure le 3 sans que je le sache.


Page 1, droite

Ligny St-Hochel /CCS (6 kilos E. St-Pol)

Matin de soleil. On m'envoie à la base aujourd'hui. Surprise allemand aveugle qui crie comme cochon au lait. Content de partir le jour - Delaney me dit beaucoup d'allemands blessés autour de C.C.S. 6 heures départ de C.C.S. Après-midi ensoleillé - Dernier regard sur vieilles fermes, vieilles routes de France que je connais si bien - coeur serré. Train hôpital attend gare LIGNY où on me monte tout de suite - Énormes wagons contenant à peu près 30 officiers. Deux rangs de trois avec corridor au centre.


Page 2, gauche

Train hôpital (puis 8 BRCH)

Chaleur intolérable - ttes [toutes] persiennes fermées, stores tirés - Cause de gravité de mes blessures on me place près parquet ou platforme - Train part 9 heures seulement - j'ai le dos enchylosé, meurtri... Repas léger, langue et soupe. Mouvement du train très agréable - aucun heurt - 3 heures du matin arrêt pour déposer 2 officier boches qui étaient dans même wagon que nous. Après nuit de souffrance arrivée Boulogne. 7h30 matin Auto-amb[ulance]. Conduit au No. 8 Brelot ??? Red Cross Hospital - sur la route des Quais - endroit que je connais bien à deux pas de l'Hôtel Folkestone. Très fatigué. Voir p. 16 Fin.


Page 2, droite

Boulogne (8 B.R.C.H.)

Nuit assez paisible avec morphine. Temps lourd et chaud - Personnel très gracieux et généreux - de nurses et de "VAD" ??? Température et pouls très satisfaisant.

Régime d'hôpital

6am - Réveil 230 - Journaux de Londres

610 - Toilette 330 - Toilette

8 - Déjeuner 4 - Thé

10 - 12 Pansements 6 - Courrier

11 - Tasse de Bovril 7 - Dîner

1230 - Lunch 9 - La nuit


Page 3, gauche

Tranchées N.E. de GENTELLES et N. de CACHY

Réveil 10 heures après quatre heures de sommeil - ai attendu les "rations" jusqu'à 4 heures du matin - chevaux fourbus - routes encombrées de tanks, de canons, de camions, etc. Réveil pluvieux -- abri inondé -- Je pars 1 heure p.m. avec cinq officiers pour faire reconnaissance des "jumping off place" ??? Reviens 6 heures - Promenade dans la boue - très fatigué - 10 heures on part pour "jumping off place ???" - en route essuyons léger bombardement. Le "j. off p." dans des tranchées juste au N. de CACHY. Confession -


Page 3, droite

Attaque sur Wiencourt l'Équipée

1230 toutes les compagnies placées pour l'attaque. Nuit calme en dehors du bruit des tanks que les boches vraisemblablement devraient entendre. 1 heure - réunion des chefs de compagnies pour discuter les derniers arrangements - 2h. sommeil d'une heure... 3h. Déjeuner... 420 Zéro... feu et bruit infernaux. On part 1 heure après l'heure de zéro. On avance au pas - 630 brume épaisse - progrès lent à la boussole. 810 Compagnies reformées. Opposition dans Bois de Pierrot ??? ou Pierret ??? St - mitrailleurs boches - arrive WIENCOURT-L'ÉQUIPÉE. 1030 Consolidation - Mitrailleur boche avec jambe cassée continuait à tirer...cerné - Aviateur anglais . Memoranda.


Page 4, gauche

Attaque sur Méharicourt

905 du matin - Ordres reçus de passer à travers la 2e Bde, lère Divn qui occupe - Lignes de défense ??? d'Auliens ??? Un kilomètre en avant de Caix et d'attaquer sur une ligne S.E. jusqu'à VREUX ??? ensuite E. vers Méharicourt (y compris) et se placer àa quelques cent mètres à l'ouest du C. de F. [i.e.Chemin de fer] ROYE-CHAULNE. Colonel Tremblay m'envoie faire reconnaissance en avant de CAIX pour éclairer situation et me donne rendez-vous dans dernière maison de CAIX sur route HARBONNIÈRES. Je pars à cheval avec deux ??? . Passons donc par ??? Guillencourt ??? - ça et là, cavalerie massée dans CAIX dans vallée - à l'est de CAIX je descends de cheval - 1000 je vois partir 6e Bde à l'attaque sur la [...] - Memorandum p. 9


Page 4, droite

Réveil 9 heures - très fatigué - sommeil intermittent et agité - 9 heures 4e Div.- passe par-dessous nous et attaque. Objectif ??? Hallu ??? - Nous croyons attaquer [ ...] demain - Bombardements intermittents. 9 heures - apprenons bonne et surprenante nouvelle que français ont pris ???NESLE ???. 10 heures - nouvelles qu'on attaque pas demain.


Page 5, gauche

Méharicourt

Front relativement tranquille - Visite du Capt White, Major de Brigade - Bombardement intermittent de Meharicourt - Décidé que nous attaquons le 15 au matin - Objectif est limité - nous n'irons pas jusqu'à la Somme d'un bond.


Page 5, droite

Méharicourt

Ordre d'attaque changé - Au lieu d'aller à l'attaque nous relevons ce soir la 102e Bri. dans la ligne au bord de Chilli - 930 départ de Méharicourt pour 1ère ligne - Juste à la sortie de Méharicourt une pluie de bombes lancées d'avions boches qui voyaient dans clair de lune sur route blanche tache d'hommes en rangs - Relève complète 2 am.


Page 6, gauche

Tranchées N. de Chilli

Relevés ce soir par la 87e Bri. canadiens. Nuit relativement calme. LtCol Tremblay, Commandant la brigade est venu nous voir. Apprenons que les français ont pris Roye et Lassigny - Si c'est vrai, il sera difficile aux boches de retenir le coin de terrain d'ici la Somme - Major ??? Bicllerdille ???, 2e en Commandement du 87e vient faire reconnaissance préliminaire. Relève complète Minuit. Route suivie chemin de fer Chaulne anciens passant par gare Rosières-en-Santerre (quelques ???-uns ??? sur gare) jusqu'à route HARBONNIÈRES-GUILLAUCOURT où on tourne à gauche [nous sommes cantonnés dans bois ??? W22D ???]


Page 6, droite

BOIS entre CAIX-HARBONNIÈRES

Cantonnés dans vallon couvert d'arbres. Habitons huttes délaissées le 8 août par boches en déroute - très confortables - Comptons sur quelques jours de repos dans même cantonnement - Avions font visite à l'aube, lancent quelques bombes à 500 mètres - pas de dégâts - LtCol Tremblay nous visitent - Probable que l'attaque jusqu'à la Somme aura lieu le 22 au matin (Rien de certain, ordres changent continuellement afin de dépistés agents ennemis. Tout mouvement se fait la nuit doucement.


Page 7, gauche

Lever 730 - Brume épaisse - matin ressemblant au matin de l'attaque. 8 août, ???Honjan ??? limité à 200 mètres -- petit à petit soleil dissipe brume -- Bois de ?? Flavigny ??? se découvre - puis les hauteurs du côté Nord de l'Ancre -- enfin le clocher de la cathédrale d'Amiens. Chaleur accablante... Partons ce soir pour le Sec entre Frévent et St-Pol - Route Amiens Doullens St-Pol - En autobus 730 Départ en autobus - Clair de lune. Arrivée à Herlin-le-Sec 330 du matin - Informés que nous allons à TERNAS - Route FOUFFLIN-RICAMETZ. Coucher 7 heures -


Page 7, droite

Chaleur accablante - semblable à chaleur canadienne - Impossible de faire exercices - Me suis étendu sur pelouse - Parait que nous déménageons encore demain - Clair de lune -- Ron-ron-ron des moteurs d'avions tte [toute] la nuit - bruit d'explosions lointaines.


Page 8, gauche

TERNAS

Ordres de marche reçus - partons midi trente pour PTHOUVIN (train jusqu'à AUBIGNY) Soleil chaud de midi - Route ???Berneville ?? ??? Stn PTHouvin. Plusieurs hommes sont tombés des rangs - cause chaleur terrible. À PTHOUVIN on monte en wagons à animaux pour trajet en

chemin de fer jusqu'à Aubigny. Route ST POL. TINQUES - Activité extraordinaire dans gare de St POL - cinquantaine de locomotives -- Descente AUBIGNY 530 PM. Marche à WANQUETIN. ROUTE. Arrivée à WANQUETIN, pluie battante 9 heures - très mal installés - C'est la guerre.


Page 8, droite

Camp près MANQUETIN

Autre déménagement ce soir - J'apprends mort de mon ami Trevor Penny - charmant compagnon - Nous étions des enthousiastes de O.T.C. McGill après la déclaration de la guerre. LtCol Tremblay, Major Kemp, Capt ??? Bok ??? lunchent avec nous. L'après-midi visite de journalistes canadiens (M. ???Livesay ??? et un autre dont je n'ai pas saisi le nom). 7 heures - départ pour BERNEVILLE. Route SIMENCOURT. Couche dans hutte sur bottes de paille - Très bien dormi - Clair de lune - Ron-ron-ron des avions boches - Projecteurs - tir de barage - bombes tte [toute] la nuit...


Page 9, gauche

Camp près BERNEVILLE

Après nuit de projecteurs, d'avions boches et de bombes - lever 9 heures - Messe dans Église de ??? Varvine ??? à 1030 . Rencontre M. T. Burke de Montréal que je n'avais pas vu depuis mon engagement. 1030 - Réunion à la brigade des officiers comt bataillons. 2 pm Nouvelle que nous déménageons ce soir - attaquons probablement demain matin. 530 Major Dubuc m'envoie faire reconnaissance "Assembly area" afin de placer les Cies au nord de BEAURAINS. Reconnaissance rapide - orage - pluis torrentielle - éclairs qui illuminent comme en plein jour - Puis clair de lune - attends Cies jusqu'à 11 heures sur route BEAURAINS-RONVILLE.


Page 9, droite

BEAURAINS - ST-SAUVEUR, etc.

- Jour d'attaque -

1 heure pars avec Major Dubuc pour la brigade - dans cave de Ronville voir Col. Tremblay - B.M. Colonel C.K., etc. - Colonel Tremblay m'envoie tout de suite aux quartiers de la 3e Divn et de la 7e Bde - Je serai officier de liaison - Me donne indications sur carte - Traverse RONVILLE et me rends à FAUBOURG ST-SAUVEUR. Trouve sans peine - Cave énorme - très bien reçu -- 3am Vacarme d'enfer - ZÉRO. - Envoie plusieurs messages à Brigade. 700 heures premiers prisonniers arrivent - physique pauvre - troupes de second ordre - 505 rapport de fusées blanches dans objectif vert - (premier obj.). Boche ne répond pas violemment. 610 - 7e Bde. reçoit ordre de 3e Divn de faire rassemblement à l'ouest de ORANGE HILL, en vue d'attaque ultérieure.

(Mémorandum p. 14)


Page 10, gauche

L'après-midi deux heures de repos -

J'avais quitté camp la veille sans savoir que je serais officier de liaison - donc ni articles de toilette ni goûter - J'ai réellement connu les douleurs de la faim le matin du 26 - Heureusement que deux boîtes de "Bully Beef" trouvées dans la tranchée m'ont sauvé la vie - Bombardement intermittent de la route de CAMBRAI et des tranchées environnantes. Dois être officier de liaison demain avec la 52e Divn Impériale. Visite au 22e où je vois tous les officiers. 10 heures du soir tous les Coms de bataillon (e.g. entrainé ??? ) demandés à la brigade - Col. Tremblay avise que Brigade attaque le 27 - Objectif final CAGNICOURT - étude des frontières, du barrage, etc.


Page 10, droite

??? Contin ??? 4 sept. 1918

Blessures pansées - jambe droite à l'aide de gaz[e]. On me fait de bons rapports sur mes blessures - Évidemment ! -- Cablôgramme envoyé à papa - télégrammes au bataillon, à M. Perkins Bull, au père Gaume - Chaleur écrasante -- Lettres de Rennie McMurtry (jambe cassée) et de Roy dans même hôpital - Avance longue et lente continue.