Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommetLe chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Charles Tupper
Charles Tupper.

Biographie

1821-1915

L'esprit humain s'adapte naturellement à la place qu'il occupe. La plus grande intelligence peut être écrasée si elle est enfermée, confinée et reléguée. Il faut un grand pays et des circonstances exceptionnelles pour faire les grands hommes. -  Charles Tupper, l865.

Compte tenu de ses compétences personnelles et de son expérience, nul n'était mieux placé que Charles Tupper pour devenir premier ministre. Pourtant, par un étrange caprice du destin et de l'histoire du Canada, il a été le premier ministre dont le mandat a été le plus court de toute l'histoire.

Charles Tupper est né à Amherst, en Nouvelle-Écosse, en 1821; il était le fils d'un pasteur baptiste. Il a fait ses études à la Horton Academy, à Wolfville, et a étudié la médecine à Édimbourg, en Écosse. À son retour au Canada, en 1843, il a ouvert un bureau à Amherst.

Il a fait ses débuts en politique en 1855, se présentant pour le Parti conservateur dans la circonscription de Cumberland (Nouvelle-Écosse). À la surprise générale, le jeune Tupper a défait le réputé candidat réformiste Joseph Howe. En 1864, il était premier ministre de la Nouvelle-Écosse. Tupper a appuyé le mouvement en faveur de la Confédération; il a été délégué aux conférences de Charlottetown, de Québec et de Londres. C'est principalement grâce aux efforts qu'il a déployés en tant que Père de la Confédération que la Nouvelle-Écosse s'est jointe à l'union en 1867, malgré le fort mouvement anti-Confédération qui animait la province. La même année, Tupper s'est présenté aux élections fédérales; il a été le seul député de la Nouvelle-Écosse en faveur de la Confédération à être élu.

Il a refusé un poste au Cabinet, sachant que l'opportunisme politique obligeait le premier ministre, sir John A. Macdonald, à offrir des ministères à d'autres élus. En fait, Tupper a même réussi à persuader Joseph Howe, qui s'opposait à la Confédération, d'accepter l'union et de se joindre au Cabinet de Macdonald en 1869. Par sa grande loyauté et son esprit de sacrifice, Tupper a mérité officieusement le poste de bras droit de Macdonald. En 1870, Tupper est devenu président du Conseil privé; il a été nommé ministre du Revenu de l'intérieur en 1872 et dès l'année suivante, ministre des Douanes.

Lorsque les Conservateurs ont repris le pouvoir en 1878, Tupper est devenu ministre des Travaux publics, et l'année suivante, le nouveau portefeuille des Chemins de fer et Canaux lui a été confié. Pendant cette période, il a supervisé l'achèvement du chemin de fer du Canadien Pacifique. En 1844, Tupper a démissionné de son poste au Cabinet parce qu'il avait été nommé haut-commissaire du Canada en Grande-Bretagne l'année précédente. En 1887, il est revenu pendant seize mois pour assumer les fonctions de ministre des Finances; il est ensuite retourné à son poste à Londres.

Aux yeux de certains membres du Parti conservateur, Tupper était le successeur tout désigné de Macdonald lorsque celui-ci est décédé en 1891. Cependant, on lui a préféré John Abbott et ensuite John Thompson en 1892. Lorsque Thompson est décédé en 1894, la nomination de Tupper a de nouveau été proposée. Le choix incombait au gouverneur général, lord Aberdeen, qui avait le pouvoir de désigner un successeur au premier ministre s'il démissionnait ou décédait pendant qu'il était encore en poste. Lord Aberdeen était un homme qui avait de forts penchants libéraux, et Tupper était trop « conservateur » à son goût. La réputation de don Juan de Tupper a choqué lady Aberdeen, qui avait une influence considérable sur son époux. Mackenzie Bowell est devenu premier ministre en 1894. Les Aberdeen sont demeurés opposés à Tupper même durant le soulèvement du Cabinet, en janvier 1896, alors que les ministres ont essayé d'évincer Bowell. Lady Aberdeen a suggéré à son mari de demander à l'opposition, plutôt qu'à Tupper, de former le nouveau gouvernement. Bowell est demeuré premier ministre, mais les Conservateurs ont offert à Tupper un poste au sein du Cabinet. Une élection complémentaire a permis à Tupper de se faire élire à la Chambre des communes, contrairement à Bowell qui ne siégeait pas aux Communes; et à ce titre, Tupper a assuré à toutes fins utiles la direction du parti. Lorsque Bowell a donné sa démission, en avril 1896, lord Aberdeen a désigné Tupper comme premier ministre.

Pendant qu'il faisait partie du Cabinet, Tupper a essayé de régler la question des écoles du Manitoba, mais l'opposition a empêché l'adoption du projet de loi. Les Conservateurs ont manqué de temps, leur mandat de cinq ans tirant à sa fin. Ils ont été obligés de déclencher des élections aussitôt que Bowell a démissionné. Malgré la campagne dynamique menée par Tupper, les Conservateurs ne pouvaient pas gagner. Il y avait eu trop de scandales, trop de questions litigieuses et trop de premiers ministres. Les Libéraux ont remporté une éclatante victoire. Tupper, qui avait perdu son siège aux élections de l900, est demeuré chef du Parti conservateur jusqu'en 1901.

Tupper est peut-être le premier ministre ayant eu le mandat le plus court, mais son mariage a duré plus longtemps que celui de tous les autres chefs. En 1846, il a épousé Frances Morse, jeune fille d'une très bonne famille d'Amherst, et ils ont eu six enfants. Lorsqu'elle est décédée en 1912, les époux Tupper avaient célébré soixante-cinq ans de vie commune. Un de leurs fils, Charles Hibbert Tupper, a également eu une belle carrière en politique. Il a été ministre sous Macdonald, Abbott, Thompson et Bowell.


Source : Les premiers ministres du Canada, 1867-1994 : biographies et anecdotes, [Ottawa], Archives nationales du Canada, [1994], 40 p.

Tupper : page principale


Divulgation proactive