Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommetLe chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Sir Wilfrid Laurier
Sir Wilfred Laurier.

Anecdote

Le premier ministre et le petit vendeur de journaux

Saskatoon, le 29 juillet 1910, tôt le matin. Le premier ministre du Canada vient d'arriver à la gare; il est là pour poser la première pierre de la première université de la Saskatchewan. Le premier ministre connaît déjà assez bien cette province; il y a seulement cinq ans, il a supervisé l'entrée de la Saskatchewan dans la Confédération. Dans ce court laps de temps, la province s'est développée de façon extraordinaire. La fondation de ce haut lieu d'érudition témoigne bien de la prospérité grandissante de la Saskatchewan.

Le premier ministre est curieux de savoir ce qui se passe dans le pays. Il achète donc un journal à un jeune garçon aux yeux brillants qui vend des journaux sur le quai. Il l'interroge sur son travail et exprime le souhait qu'il devienne un jour un grand homme. Le vendeur de journaux reconnaît son illustre client et lui fait part de certaines de ses idées personnelles. Le premier ministre et le garçon engagent une conversation animée. Pourtant, chacun d'eux a son devoir qui l'appelle. Le garçon a des journaux à vendre et conclut : « Eh bien! monsieur le premier ministre, je ne peux pas perdre plus de temps avec vous. Je dois continuer à travailler. »

Le premier ministre? C'était Wilfrid Laurier. Et le vendeur de journaux? C'était John G. Diefenbaker qui, quarante-sept ans plus tard, deviendra aussi premier ministre du Canada.


Source : Les premiers ministres du Canada, 1867-1994 : biographies et anecdotes, [Ottawa], Archives nationales du Canada, [1994], 40 p.

Laurier : page principale

 


Divulgation proactive