Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommet
Le chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : A. Kim Campbell

Notes pour une allocution à St. John's (Terre-Neuve), le 1er juillet 1993


Je suis très honorée d'être ici, avec vous, en ce lieu historique de Signal Hill, pour voir le soleil se lever sur le 126e anniversaire de notre pays. Et, comme vous, j'espère que nous assistons à l'aube d'une nouvelle ère pour le Canada.

C'est ma première Fête du Canada depuis que je suis devenue le 19e Premier ministre du pays. Je suis aussi très fière d'être la première de tous nos Premiers ministres à venir à Signal Hill célébrer cette fête avec les gens de Terre-Neuve et du Labrador. Je n'oublierai jamais le chaleur de votre accueil, non plus que ce matin tout spécial. Prenons ensemble la résolution que, partout dans ce vaste et riche territoire, le soleil se lèvera toujours sur un pays uni, prospère et fraternel, un pays où nos origines diverses importent moins que notre projet collectif de société.

Le Canada est un jeune pays, beaucoup plus jeune que les mères-patries du Canada moderne, la Grande-Bretagne et la France, beaucoup plus jeune que la plupart des autres pays, sur tous les continents, d'où sont issus les millions d'immigrants que nous avons accueillis au cours des dernières décennies. Mais il reste qu'en ses 126 ans d'histoire, la fédération canadienne a créé sur ce continent un modèle dont peuvent s'inspirer les sociétés civilisées du monde entier. Anglophones et francophones, autochtones et Néo-Canadiens, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, nous avons édifié ensemble un pays dont la prospérité repose sur l'initiative personnelle et les mêmes principes simples mais inaltérables qui ont présidé à son avènement : la tolérance, la justice et l'égalité.

Notre pays est vaste: plus de neuf millions de kilomètres carrés, plus de 7 000 kilomètres d'est en ouest et presque autant de nord au sud. Par exemple, alors même que nous nous assemblons ici, certains de mes voisins de Vancouver se sont couchés il y a quelques heures à peine  --  du moins je l'espère! Beaucoup d'entre vous ne verront peut-être jamais le soleil se coucher sur English Bay, à Vancouver. Et beaucoup de Vancouvérois ne verront peut-être jamais le soleil se lever sur Signal Hill. Mais le Canada n'est pas si vaste que chacun d'entre nous ne puisse le porter dans son coeur. Nos rêves et nos espoirs ne sont pas si ambitieux qu'on ne puisse les réaliser de notre vivant.

Le Canada est un grand pays. Et sa véritable grandeur ne peut être mesurée que par la fierté l'affection  --  l'amour  --  qu'il inspire à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes, de Bonavista à l'est jusqu'à l'île de Vancouver à l'ouest, de Point-Pelée au sud jusqu'au futur territoire de Nunavut au nord.

Que nous parlions anglais, français, que nos ancêtres autochtones soient arrivés ici il y a des millénaires, ou que nous soyons débarqués à Gander, à Pearson ou à Mirabel comme immigrants, il y a quelques années, nous partageons tous et toutes un des plus grands privilèges qui puissent être accordés à un être humain : nous sommes Canadiens. Je l'ai dit en français à Valleyfield, au Québec, le jour de la Saint-Jean-Baptiste, la veille de mon assermentation comme Première ministre du Canada, je le répéterai dans quelques heures sur la colline du Parlement et ce soir à Vancouver, et je suis particulièrement fière de l'affirmer ici même, à St. John's, en ce resplendissant début de journée : la citoyenneté canadienne est le plus grand privilège auquel on puisse aspirer.

Ce privilège unique s'accompagne de responsabilités importantes. Nous sommes tous les gardiens de la grandeur et de la splendeur du Canada. Nous  --  et nous seuls  --  pouvons renforcer son unité, péserver son environnement, protéger ses valeurs et ses traditions et assurer sa prospérité. En tant que Première ministre du Canada, je consacrerai toutes mes énergies et mes capacités à en faire un pays encore meilleur.

Comme gouvernement, nous sommes résolument déterminés à mettre de l'ordre dans nos finances, à accentuer notre compétitivité, à protéger l'ordre public et à moderniser nos programmes sociaux. Nous accorderons la priorité aux gens, parce que nous voulons que le Canada demeure l'un des meilleurs endtrots où vivre. Mais aucune femme, aucun homme, aucun groupe de personnes, aucun governement ne peut à lui seul ou à elle seule espérer réaliser les réformes nécessaires pour relever les défis du XXIe. siècle. Plus que jamais, nous devons travailler ensemble.

Le Canada est notre pays, notre patrie; c'est aussi notre histoire et notre espoir. En cette journée très spéciale, je vous invite à vous joindre à moi pour célébrer notre citoyenneté; sur cette colline, ce matin, signalons clairement notre fierté à tous les Canadiens et Canadiennes qui, à leur tour, s'éveilleront aujourd'hui pour célébrer avec nous la Fête du Canada.


Retour au haut de la page

Source : Campbell, A. Kim. Notes pour une allocution de la première ministre Kim Campbell, St. John's (Terre-Neuve). Ottawa : Cabinet du Premier ministre, 1993. 2 p.


suivant

Divulgation proactive