Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommet
Le chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Lester Bowles Pearson

Remarques à l'occasion de l'ouverture d'Expo '67, le 27 avril 1967


Aujourd'hui est un jour de fierté pour Montréal, pour le Québec et, par-dessus tout, pour le Canada.

L'en-tête d'un article sur l'Expo, publié récemment par un magazine américain, en parlait comme de «La grande fête du Nord». Et c'est bien ce que sera l'Expo  --  et bien plus encore. Cette grande «fête» canadienne est l'aboutissement de prouesses de conception, d'organisation et de construction qui tiennent du miracle.

Les artisans de ces réalisations ont toutes raisons d'être fiers et heureux. Nous devrions leur être reconnaissants, en particulier quand nous nous souvenons des sceptiques qui soutenaient qu'Expo 67 était un projet trop énorme pour Montréal, le Québec et même le Canada, et qu'il serait impossible de le mener à bien en moins de quatre ans. Mais c'est fait, et bien fait.

Nous sommes aujourd'hui les témoins du dénouement de l'un des actes de foi les plus audacieux jamais menés à bien par l'esprit d'initiative et le talent des Canadiens. Cette foi n'aura pas été vaine. Mais l'Expo 67 représente beaucoup plus qu'un miracle canadien de conception, d'élaboration et de construction. C'est aussi un monument à l'Homme. Elle raconte l'histoire passionnante et exaltante d'un monde qui appartient non pas à une, mais à toutes les nations.

Aucun thème n'aurait pu être plus approprié pour notre époque que «Terre des Hommes». Ici, à l'Expo, nous disposons d'une des plus impressionnantes collections d'idées et de réalisations humaines jamais assemblées en un même lieu.

Aujourd'hui, nous rendons hommage au dévouement et à l'effort de tous ces hommes et femmes qui ont rendu tout cela possible. Montréal a démontré qu'elle pouvait mener à bien une entreprise d'une telle ampleur, et son maire a démontré le leadership inspiré et dynamique indispensable à cette fin.

C'est aussi ce qu'a fait la population du Canada dans son ensemble, grâce à la coopération nécessaire des trois paliers de gouvernement.

Nous prenons également note du travail infatigable et efficace de tout le personnel de l'Expo, en commençant par le Commissaire général, que je voudrais remercier très sincèrement.

C'est aussi un effort véritablement international, rendu possible par la collaboration d'un grand nombre de travailleurs venus de tant de pays.

L'étendue de l'appui international au thème de l'Expo, comme le démontre cette participation record, est une manifestation merveilleusement encourageante de la foi de l'Homme en lui-même et en son monde, en sa capacité à s'améliorer et à progresser; en sa capacité à répondre aux défis que lui lance son monde, et à ceux qu'il se lance à lui-même. Grâce à toutes les merveilles de l'homme maintenant présentées à l'Expo, nous pouvons maintenant voir devant nous combien chaque nation peut gagner par la collaboration, et combien elle peut perdre par les conflits.

Je suis sûr que tous les Canadiens partageront avec moi l'espoir que l'impact durable de l'Expo résidera dans la fascinante leçon de choses que nous pouvons admirer aujourd'hui : que le génie de l'homme ne connaît aucune frontière nationale, qu'il est bel et bien universel.

Si cet espoir se matérialise, alors le parrainage par le Canada d'une manifestation aussi grandiose de l'unité mondiale des espoirs et réalisations de la grande diversité des nations pourra se révéler une contribution importante pour notre époque.

L'existence de notre pays a toujours été assujettie à l'unité de nos objectifs dans la diversité de nos origines linguistiques, culturelles et sociales.

L'Expo 67 offre peut-être la preuve la plus éclatante jamais réunie en un seul lieu que le bien-être futur de toute la communauté mondiale dépend de la réalisation de l'unité par la paix dans la vaste diversité des politiques nationales.

Quand, dans six mois, l'Expo fermera ses portes, son succès aura rendu chaque Canadien plus fier que jamais de son propre pays, et plus conscient de l'interdépendance et de la fraternité de tous les hommes et de toutes les nations.


Retour au haut de la page

Traduction de : Pearson, Lester B. Notes for the Prime Minister's remarks at the opening of Expo 67 in Montreal. Ottawa : Office of the Prime Minister, 1967. 3 p.


précédent

Divulgation proactive