Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Élément graphiqueÉlément graphique
Introduction
Seul au sommet
Le chemin vers le pouvoir
À la tête du Canada
La vie privée
Les lendemains
Élément graphique
Profils
Discours
Commentaires
Élément graphique
Bannière : Premier parmi ses pairs : Le premier ministre dans la vie et la politique au Canada
Bannière : Lester Bowles Pearson

Discours prononcé devant l'Empire Club à l'hôtel Royal York de Toronto, le 15 octobre 1964


Je crois en mon pays. J'honore son passé et j'ai confiance en son avenir. Je rejette l'avis des hommes de peu de foi et d'esprit étroit qui, par leur pessimisme devant notre avenir, diminuent notre présent et trahissent notre passé.

Il n'est pas de pays au monde qui soit, avec tant de raison, envié autant que le Canada. Aucun pays n'est appelé à une plus grande destinée, si c'est notre désir que sa destinée soit grande. D'autres pays seraient bien heureux s'ils possédaient, non seulement la réalité de notre présent, mais aussi la promesse de notre avenir.

Rien ne peut nous empêcher de devenir l'un des grands pays du monde, sauf:

  • un chaos international et la catastrophe ultime de la guerre nucléaire. Nous avons un rôle à jouer dans la prévention d'une telle tragédie, mais ce n'est qu'un rôle relativement humble;
  • l'échec de notre part à surmonter les épreuves et à exploiter les possibilités qui se présentent à nous : l'épreuve de l'unité et la possibilité de croissance nationale.

Cette responsabilité est la nôtre seule et n'appartient à nul autre.

Toutefois, le Canada ne réalisera pas sa destinée si nous ne comprenons pas la nature de notre pays: ses origines, son histoire, ses problèmes, les possibilités qu'il offre.

Je disais ici même il y a un an:

"Nous devons être prêts à comprendre la vraie nature du Canada ainsi que les forces qui s'opposent à cette nature; à reconnaître le péril des graves divisions internes; à reconnaître également la concurrence et les défis qui font partie de la communauté mondiale changeante ainsi que la concurrence dans les marchés mondiaux; à nous rendre compte de ce que la force nationale peut nous apporter grâce à l'unité et de la faiblesse qui résulterait de la division et des dissensions".

Du point de vue géographique, notre pays est assez grand pour nous satisfaire mais, du point de vue économique et démographique, il ne forme qu'un long ruban étroit le long de notre frontière avec les États-Unis.

Nous devons donc élargir ce ruban en poussant le développement vers le Nord et en faisant venir les hommes et les capitaux qui rendront cette poussée facile. Cependant, pour l'essentiel, ce doit être un développement canadien sous la maîtrise des Canadiens. Il ne faut pas permettre que l'insistance sur le nationalisme canadien relègue au second plan la nécessité de cultiver les meilleures relations possibles avec d'autres pays, tout particulièrement les États-Unis et nos deux mères-patries, la Grande-Bretagne et la France.

Aucun pays n'est plus que le Canada tributaire d'autres pays pour sa prospérité. Cette leçon est évidente. On ne mord pas la main dans laquelle on mange.

Nous devons comprendre la structure constitutionnelle et raciale de notre pays et les répercussions de cette structure sur notre évolution politique. Le Canada est une fédération de provinces basée sur deux peuples fondateurs, de langue anglaise et de langue française, qui est devenue par la suite une société multi-raciale.

L'unité nationale du Canada, unité essentielle, repose sur la reconnaissance et l'acceptation de ce dualisme de nos origines et de cette diversité de notre développement. Il ne faut pas permettre que ce dualisme nous affaiblisse ou nous détruise. Il peut servir à renforcer notre nation.

Le Canada est une entité politique souveraine et doit le demeurer. En ce sens, le Canada constitue une nation et doit le demeurer. Qu'il n'y ait pas de malentendu à ce sujet. Cependant, il existe, au sein de cette entité, un secteur de langue française qui, des points de vue social, culturel et historique, est de la nature d'une communauté nationale dont le coeur et le centre se trouvent dans la province de Québec.

C'est une réalité qu'il faut admettre. De même faut-il admettre la réalité de l'unité nationale, sur le plan politique et aux yeux du monde entier. Maintenir une telle unité devrait être l'objectif primordial des gouvernements et de la population du Canada.

L'unité nationale ne suppose pas la subordination, sous quelque forme que ce soit, des droits des provinces ou l'aliénation de l'autorité des provinces. Elle exige, cependant, un gouvernement central qui soit assez fort pour servir l'ensemble du Canada et la réalisation complète de l'unité nationale exige une identité canadienne forte marquée de l 'esprit national et de la fierté nationale qui la soutiendront et la raffermiront.

Le gouvernement fédéral et les gouvernements des provinces doivent employer tous les moyens dont ils disposent pour raffermir l'unité nationale. Ils doivent, de façon particulière, s 'attacher à favoriser et intensifier parmi tous les citoyens, en leur qualité d'individus et de membres d'associations et de communautés la compréhension et l'appui des principes sur lesquels se fonde la confédération canadienne.

Tous les Canadiens doivent appuyer de façon positive,-c'est là une responsabilité individuelle,- les programmes destinés à favoriser la confiance nationale, l'identité nationale, l'unité nationale et les objectifs nationaux, programmes qui conserveront forte notre union, saine et efficace notre fédération et notre pays, aux yeux du monde entier.


Retour au haut de la page

Source : Pearson, Lester B. Extrait du discours que le Premier ministre à prononcé devant l'Empire Club, à l'hôtel Royal York de Toronto. Ottawa : Cabinet du Premier ministre, 1964. 4 p.


précédentsuivant

Divulgation proactive