En tournée

Souvent, les membres de la Commission géologique du Canada (CGC) étaient les premières personnes non autochtones à visiter, à étudier et à cartographier de vastes étendues de forêts sauvages du Canada.

Photo du campement de Joseph Tyrrell sur la rive ouest de la baie d'Hudson montrant deux tentes et deux petits bateaux, à l'hiver 1893

Campement de Joseph Tyrrell sur la rive ouest de la baie d'Hudson, dans les Territoires du Nord-Ouest, en 1893
Source

Photo d'arpenteurs faisant du portage en amont de la rivière Thompson Nord, en Colombie-Britannique, en 1871

Portage aux rapides Murchison, en amont de la rivière Thompson Nord, en Colombie-Britannique, en 1871
Source

Photo montrant un groupe de géologues à leur campement d'hiver à la rivière Péribonka, au Québec, en 1884

Campement d'hiver de géologues de la CGC à la rivière Péribonka,
au Québec, en 1884
Source


De nombreux défis et dangers attendaient les « vedettes du roc » alors qu'elles arpentaient le territoire, examinaient les formations rocheuses, recueillaient des échantillons et enregistraient leurs découvertes. Les membres de la CGC ont dû escalader des montagnes, traverser des lacs et des rivières, se frayer un chemin sur des terrains accidentés, ouvrir une piste dans des forêts denses et pagayer des kilomètres et des kilomètres. Ils ont dormi à la belle étoile et mangé ce qui leur tombait sous la dent. Le danger les menaçait souvent; ils ont échappé à des feux de forêt, à la noyade, aux ours bruns et à d'autres animaux sauvages. Des nuages de moustiques féroces les attaquaient sans pitié. Même si leur travail était exigeant, ils en retiraient une grande satisfaction. Les membres de la CGC se sont rendus dans des endroits éloignés et ont vu des choses extraordinaires, une chance que la plupart des Canadiens n'ont jamais eue.

PrécédentSuivant