Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Exploration et colonisation > Les vedettes du roc English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : Les vedettes du roc

Les instruments

Pour effectuer un levé, les géologues avaient de nombreuses tâches à exécuter, et ils avaient besoin de nombreux instruments et outils différents.

Photo montrant des arpenteurs en train de faire un levé au lac Mistassini, au Québec, à l'aide d'un long bâton muni de deux disques, et d'autres instruments, en 1884

Levé topographique au lac Mistassini, au Québec, en 1884 (photo prise par A.P. Low)
Source

Les géologues qui travaillaient pour la Commission géologique du Canada (CGC) avaient pour tâche d'examiner les roches et de les décrire. Dans certains endroits, on trouve des roches par couches, appelées strates. Les géologues de la CGC décrivaient chaque couche et la mesuraient afin de pouvoir donner une idée générale de toute la région. Avec des marteaux et des ciseaux, ils recueillaient des échantillons de roches et de fossiles qu'ils envoyaient au bureau principal. Là, les échantillons étaient examinés, catalogués, classés et, plus tard, exposés au musée de la Commission.

Photo d'un géologue au poste d'observation géologique du mont Skoatl Point, en Colombie-Britannique, en 1888

Géologue faisant un levé topographique au sommet du mont Skoatl Point, en Colombie-Britannique, en 1888 (photo prise par George Dawson)
Source

Les géologues devaient aussi cartographier les régions dans lesquelles ils passaient afin de pouvoir indiquer clairement les endroits où ils avaient découvert les échantillons de roches et les fossiles. (Rien ne sert de ramasser des échantillons de roches ou de prendre des notes à leur sujet si l'on ne se rappelle pas l'endroit où on les a trouvées.) Pour cartographier, les arpenteurs géologues utilisaient des instruments qui mesuraient les distances parcourues et la direction. Étant donné qu'ils exploraient certains endroits où les Européens n'étaient jamais allés, ils n'avaient pas toujours de cartes pour les guider. Heureusement, ils ont réussi, à l'aide de quelques instruments de base, à dessiner leurs propres cartes, qui se sont révélées étonnamment exactes.

Pépites de savoir

- De nos jours, grâce aux satellites et à la photographie aérienne, on peut enregistrer en quelques secondes des surfaces que les premiers arpenteurs géologues mettaient des années à cartographier.

- Oubliez les instruments! Logan mesurait souvent les distances sur le sol en comptant ses pas, parfois des milliers à la fois.


Il a dit...

« Nous faisons notre relevé avec un théodolite, un micromètre et un poteau sur lequel nous avons placé deux disques. Il y a un mètre et demi entre les disques� M. Logan et M. McNaughton partent dans le gros canot avec le micromètre pendant que je reste sur place avec le théodolite et le poteau sur lequel il y a les deux disques. De cette façon, du canot, ils sont capables de mesurer l'angle formé par les disques et le micromètre. Ils ont deux drapeaux dans le canot, un rouge et un blanc. Ils agitent le blanc lorsqu'ils ont capté l'angle, et le rouge pour me faire signe de continuer. » [traduction libre]

(Angus McDougall, 15 septembre 1845)


Creuser le sujet

Les instruments

Photo d'un loch flottant qu'on utilisait pour mesurer la distance parcourue sur l'eauÉtudie ce sujet

Creuser le sujet

Les couches de roche

Diagramme des couches de rochesÉtudie ce sujet
PrécédentSuivant