Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Exploration et colonisation > Les vedettes du roc English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : Les vedettes du roc

Les objets de collection

Les arpenteurs géologues du dix-neuvième siècle étaient plus que des géologues et des collectionneurs de roches. Ils s'intéressaient aussi aux sciences naturelles, à l'anthropologie et à la géographie. Les spécimens et les données qu'ils ont recueillis sur le terrain ont contribué à augmenter nos connaissances scientifiques du pays.

Photo montrant des hommes transportant des boîtes sur leur dos à travers bois

Hommes transportant des boîtes à travers bois à la rivière de la Paix
Source

Lorsqu'ils étaient sur le terrain, les membres de l'équipe prenaient de petits échantillons des roches qu'ils trouvaient. Ils en recueillaient tout au long du levé. À la fin d'une étude sur le terrain, ils avaient des douzaines de boîtes qui pesaient environ 100 kilogrammes chacune. Ils rapportaient aussi des fossiles, parce que les fossiles les aidaient à établir l'âge des roches dans lesquelles ils avaient été découverts.

Photo d'un fossile de graptolite

Fossile de graptolite recueilli par William Logan à la pointe Lévis, à Québec
Source

Une fois l'équipe revenue au bureau principal (établi à Montréal jusqu'en 1881, puis à Ottawa par la suite), les échantillons de roches étaient examinés, identifiés, décrits, classés et exposés à l'intention du public.

En 1877, à la demande expresse du gouvernement, la Commission géologique du Canada (CGC) a commencé à étudier aussi l'histoire naturelle. Les membres devaient recueillir des données sur les plantes et les animaux, et rapporter, par exemple, des fleurs pressées et des peaux d'animaux. Ils recueillaient aussi de l'information sur la nourriture, les vêtements, les coutumes et les langues des peuples autochtones.

En 1882, John Macoun est devenu le premier naturaliste officiel à travailler à temps plein pour la CGC. Mais bien d'autres géologues s'intéressaient aussi aux sciences naturelles. Leurs expéditions dans l'Arctique ont été particulièrement importantes. Elles ont permis au gouvernement canadien d'obtenir, pour la première fois, de l'information sur les peuples et l'environnement du Grand Nord. Les géologues ont recueilli des données sur toutes les régions du Canada en ce qui concerne le climat, la végétation, le couvert végétal, les sources d'eau et les régions les plus propices à l'agriculture.

Aux débuts de la Commission, les membres de l'équipe étaient obligés de dessiner des croquis pour montrer de quoi un endroit avait l'air. Or, vers la fin du dix-neuvième siècle, voilà que l'appareil photo leur a permis de capter des images de ce qu'ils découvraient! Les dirigeants de la CGC qui sont venus plus tard, tels que George Dawson, Joseph Tyrrell et Robert Bell, aimaient tous prendre des photos. Les photographies servaient à documenter des paysages spectaculaires, des caractéristiques géologiques inusitées sur le terrain, les peuples autochtones et les activités industrielles. Désormais, la CGC allait collectionner non seulement des spécimens de roches, de plantes et d'animaux, mais aussi des photographies!

Il a dit...

En 1882, Robert Bell avait dressé une liste de « choses à faire » en prévision de son voyage à Fort Chipewyan, un poste de traite éloigné dans le nord-ouest de l'Alberta. À cette époque, un géologue avait beaucoup à faire. Voici la liste de ce que Bell souhaitait accomplir à Fort Chipewyan.

« Ce que j'aimerais faire, etc., à Fort Chipewyan : visiter la mission - une bouilloire en cuivre (10 peaux) et une tasse pour le Chef - de la corde de traçage [pour les canots] - assez de provisions pour quatre hommes de Fort Chipewyan à Fort McMurray - Faire cuire du pain. Lavage - Distribution des tribus indiennes - Habitudes des animaux. Si la saison de chasse est ouverte. Orignaux. Ours. Castors. - Trajets pour les canots le long du lac Athabasca - Roches du côté sud du lac - Gisements de pétrole - Nord. Limites des arbres - Le cuivre de la rivière Coppermine - Autres minéraux. Or. Graphite - Climat des postes de traite de Peace River, etc. - Reliques indiennes - Le père Petitot [un explorateur et ethnographe qui est déjà venu dans cette région] - La migration des oiseaux - Traditions indiennes et eskimo (sic) - Les hommes apporteront une bouilloire, une hache, une tasse, des souliers - Lat[itude], Long[itude], var[iation] du compas, niveau du lac. » [traduction libre]

(Robert Bell, notes et provisions pour son expédition du 14 août au 1er septembre 1882)


Photo du panier qu'utilisait William Logan pour recueillir des échantillons

Panier qu'utilisait William Logan pour recueillir des échantillons
Source

PrécédentSuivant