Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière :  Les premières communautés canadiennes à la portée des jeunes
IntroductionExplorer les communautés
 

Titre de section : Les Africains
Introduction | Histoire | Vie quotidienne |  Culture | Références


Vie quotidienne

Le mode de vie (suite)

Les colons noirs venus s'établir dans le district d'Alberta vivaient dans des conditions quasi impossibles. Ces colons, que l'on appelait des homesteaders, devaient payer 10 $ pour obtenir le titre de leur terre. S'ils restaient sur la terre pendant trois années, construisaient une maison, défrichaient et cultivaient la terre, ils devenaient propriétaires de leur ferme. Normalement, ils recevaient un quart de section de terre (65 hectares). Afin de construire la maison qu'il leur fallait, ils devaient d'abord défricher toute la terre. Ils devaient également en défricher assez pour pouvoir cultiver. Les premiers homesteaders n'avaient pas de machines agricoles. Souvent, ils n'avaient même pas de chevaux ni de bœufs de trait. Ce travail éreintant était en grande partie exécuté à la hache et à la pioche. Ils devaient même enlever les souches d'arbre et les roches à la main. Les homesteaders étaient très éloignés les uns des autres, alors ils se sentaient souvent seuls.

 
  Anderson Ruffin Abbott, médecin né à Toronto en 1837

Souvent, les premiers homesteaders n'avaient pas de bottes d'hiver; pendant la saison froide, ils s'enveloppaient les pieds dans de vieux sacs. Les enfants n'en avaient pas non plus et ils devaient se rendre à l'école sans bottes. Après l'école, les enfants avaient des tâches à faire, comme jardiner au printemps et en été et rentrer le bois pour le poêle, l'automne et l'hiver. D'autres enfants devaient fendre le bois pour le feu et faire du petit bois pour allumer le feu chaque jour. En hiver, les hommes partaient souvent pour transporter du bois ou des marchandises, par traîneau, vers les communautés non desservies par le chemin de fer. Ils faisaient de l'argent supplémentaire de cette façon, mais les femmes et les enfants devaient faire les tâches quotidiennes pendant leur absence.

Au début, il y avait peu de médecins et d'infirmières. Les gens se servaient de remèdes maison transmis de génération en génération tels que le thé au citron ou à la menthe pour guérir les rhumes. Ils se soignaient aussi avec des herbes et d'autres plantes reconnues pour leur propriété de guérison.

Précédent Suivant


Divulgation proactive