Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière :  Les premières communautés canadiennes à la portée des jeunes
IntroductionExplorer les communautés
 

Titre de section : Les Africains
Introduction | Histoire |  Vie quotidienne | Culture | Références


Histoire

Le « chemin de fer clandestin »

On appelle « chemin de fer clandestin » le réseau de gens opposés à l'esclavage qui voulaient aider les esclaves des États-Unis à fuir vers l'Amérique du Nord britannique, où ils pourraient vivres libres, ainsi que les routes secrètes qu'ils ont prises pour y arriver. Le réseau était composé de Noirs, de Blancs et d'Autochtones des deux côtés de la frontière. Plusieurs appartenaient à un groupe religieux appelé « Quakers ».

Il n'y avait pas de chemin de fer, seulement des chemins secrets qui menaient vers le nord. S'enfuir était très dangereux. À l'époque, les fuyards devaient se cacher dans les marécages et dans les bois; ils se cachaient pendant le jour, voyageaient la nuit sans nourriture et marchaient des centaines de kilomètres. Tout au long du chemin, il y avait des gens prêts à les cacher, à les nourrir et à les guider le long des chemins secrets. Bon nombre d'entre eux étaient d'anciens esclaves qui étaient parvenus à se rendre en Amérique du Nord britannique et qui revenaient souvent aux États-Unis pour en aider d'autres à s'enfuir.

 
Caricature montrant l'arrivée d'un esclave noir qui a fui les États-Unis par le chemin de fer clandestin en se cachant dans une boîte de bois  

Il existait de nombreuses façons de laisser des instructions aux personnes qui voulaient s'enfuir pour leur dire quand partir et où aller. Les instructions se donnaient parfois en chantant des chants religieux fondés sur des histoires de la Bible, ou en laissant des messages dans des courtepointes. Il arrivait aussi qu'on utilise des mots de passe ou des signaux comme des appels d'oiseaux, ou encore qu'on frappe aux portes d'une façon convenue pour leur dire quoi faire.

 

Précédent Suivant


Divulgation proactive