Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Sir John A. Macdonald
homme d'État canadien et patriote

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Documents

Copie de l'acte de naissance de John A. Macdonald, sur lequel figure la date du 10 janvier 1815
Source

Copie de l'acte de naissance de John A. Macdonald, sur lequel figure la date du 10 janvier 1815

Les documents de sir John A. Macdonald occupent une place de choix dans la collection de Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Comportant quelque 270 000 pages, ils occupent près de 40 mètres d'espace d'entreposage. La plupart de ces documents témoignent de l'évolution des enjeux autour desquels la carrière politique de Macdonald s'est articulée, dont la Confédération, la construction du chemin de fer transcontinental et les relations entre le gouvernement fédéral et les peuples autochtones. Mais il s'y trouve aussi des invitation à des dîners et à des réceptions, des reçus d'achats, des notes personnelles et plus de 100 000 lettres en provenance ou à destination de membres de la famille et d'amis proches, au nombre desquels figurent souvent des personnages qui ont, eux aussi, marqué l'histoire.

Dernière page et couverture arrière intérieure d'un journal en cuir rouge ayant appartenu au père de John A. Macdonald, Hugh Macdonald, dans lequel figure une inscription manuscrite à la dernière page indiquant la date de naissance de John; une mèche de cheveux a été collée à l'intérieur de la couverture arrière, 1820
Source

Dernière page et couverture arrière intérieure d'un journal en cuir rouge ayant appartenu au père de John A. Macdonald, Hugh Macdonald, dans lequel figure une inscription manuscrite à la dernière page indiquant la date de naissance de John; une mèche de cheveux a été collée à l'intérieur de la couverture arrière, 1820

Les sujets abordés dans ces lettres peuvent tout aussi bien traiter, entre autres, de remèdes contre des malaises persistants que des chevaliers du temple maçonnique. Parmi les documents les plus curieux, il y a, par exemple, des rapports dans lesquels Gilbert McMicken affirme que John Wilkes Booth, l'assassin du président américain Abraham Lincoln, a été aperçu dans un hôtel de London, en Ontario, alors que beaucoup croyaient qu'il avait plutôt fui en Virginie. Les documents de BAC comprennent également certaines des pièces du patrimoine documentaire de Macdonald qui, sur le plan visuel, figurent parmi les plus remarquables : de magnifiques adresses et lettres de requête calligraphiées et peintes à la main provenant de groupes de citoyens de tous les coins du pays qui saluent sir John A. Macdonald et lady Agnes Macdonald et les félicitent pour leur réussite sur les plans tant politique que social. De plus triste augure, il s'y trouve également des lettres de menaces de mort, comme celle que Macdonald a reçu après la condamnation à mort par pendaison de Louis Riel pour son rôle dans les rébellions du Nord-Ouest.

Les documents personnels de Macdonald révèlent l'homme derrière la légende politique, sa vie privée. Il avait ainsi conservé l'acte de mariage de ses parents, ainsi qu'un journal personnel de son père. Curieusement, la date de naissance de Macdonald mentionnée dans ce journal est le 11 janvier 1815, alors que la date du 10 janvier figure sur la copie de l'acte de naissance provenant de l'officier de l'état civil d'Écosse. Il avait de plus gardé des carnets de son enfance, des reçus de l'école de droit et une copie manuscrite de la liste électorale de 1872 pour Kingston — à l'époque, le scrutin n'était pas encore secret et les femmes n'avaient pas obtenu le droit de vote, et non seulement cette liste fournissait-elle le nom de l'électeur et sa religion mais encore elle indiquait comment il votait. Enfin, un exemplaire du numéro de mai 1891 du North American Review, un journal fondé en 1815, soit l'année de sa naissance, se trouve dans ses documents personnels; une note manuscrite sur la page couverture de ce journal indique que Macdonald était en train de le lire au moment où il a subi l'accident vasculaire cérébral qui lui sera fatal.

Page couverture d'un exemplaire du périodique NORTH AMERICAN REVIEW sur laquelle figure une note manuscrite indiquant que sir John A. Macdonald était en train de le lire avant de souffrir d'un accident vasculaire cérébral, mai 1891
Source

Page couverture d'un exemplaire du périodique North American Review sur laquelle figure une note manuscrite indiquant que sir John A. Macdonald était en train de le lire avant de souffrir d'un accident vasculaire cérébral, mai 1891

Après sa mort, son secrétaire et biographe, sir Joseph Pope, entreprendra de rassembler les documents de Macdonald et d'y mettre de l'ordre, une tâche colossale qui lui prendra plus de vingt ans. Il archivera tout : des documents politiques, juridiques et financiers tout aussi bien que des poèmes et des ordonnances de médecin ou encore des télégrammes personnels codés. Lady Agnes Macdonald, qui recevra le titre de « baronne » après la mort de son époux, prendra des dispositions pour que les documents de Macdonald soient transférés de la succession de Macdonald aux Archives publiques du Canada, institution qui fait maintenant partie de BAC, où sont conservés les fruits de ce méticuleux travail de classement de Pope.

Lettre du Bureau du Conseil privé à sir John A. Macdonald demandant un congé pour les employés le jour de l'Action de grâces, le 6 novembre 1889
Source

Lettre du Bureau du Conseil privé à sir John A. Macdonald demandant un congé pour les employés le jour de l'Action de grâces, le 6 novembre 1889

Durant la dernière campagne électorale de Macdonald, en 1891, ses partisans lui lanceront cet encouragement, resté célèbre : « Tu ne mourras jamais, John A.! » En recueillant, en préservant et en rendant accessibles au public les documents de sir John A. Macdonald, BAC continue ainsi à veiller à ce que Macdonald demeure bien vivant dans l'esprit de chaque nouvelle génération de Canadiens.

 

Télégramme d’une page sur lequel figure le message manuscrit suivant: « Good for you, may you live for ever » (« Bien pour vous, vivez éternellement » et signé « No Rebels » (« Pas de rebelles »)
Source

Télégramme en faveur de l’exécution de Louis Riel, 17 novembre 1885

Lettre d’une page écrite à la main, en français, sur une feuille lignée
Source

Lettre de menace protestant contre l’exécution de Louis Riel, 17 novembre 1885

Venez découvrir, dans notre Galerie de documents, d'autres pièces de la collection de BAC.