Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Sir John A. Macdonald
homme d'État canadien et patriote

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Photographies

Photographie de sir John A. Macdonald, entre 1867 et 1891?
Source

Sir John A. Macdonald, entre 1867 et 1891?

La photographie de sir John A. Macdonald que les Canadiens connaissent le mieux se retrouve, à un moment ou l'autre dans leur poche. L'image qui figure sur les billets de 10 $ de la Banque du Canada depuis 2001 a en effet été gravée d'après une photo, prise en 1890, du célèbre photographe portraitiste d'Ottawa William J. Topley. Dans le cours du présent siècle, la monnaie canadienne a reproduit diverses effigies de Macdonald, dont la première étant celle qui figurait sur le billet de 500 $ émis en 1935.

Bien que Bibliothèque et Archives Canada (BAC) compte plus de 26 millions de documents photographiques dans son fonds, il s'en trouve moins d'une centaine qui représentent le premier premier ministre canadien. Macdonald avait 24 ans lorsque, en 1839, le premier procédé de photographie facilement commercialisé, le daguerréotype, a été mis au point. La photographie la plus ancienne que BAC détienne de Macdonald est un daguerréotype réalisé quelque quinze ans après l'invention du procédé. Il convient toutefois de mentionner que, au moment où la photographie était ainsi sur le point de révéler son formidable potentiel artistique et documentaire, la majorité des Canadiens étaient beaucoup plus familiers avec les caricatures et les dessins représentant le premier ministre qu'avec sa photographie.

Photographie de John A. Macdonald, procureur général du Haut-Canada, 1861
Source

John A. Macdonald, procureur général du Haut-Canada, 1861

La photographie gagnera en popularité durant les années où, dans la foulée de la Confédération, le Canada prendra graduellement forme. Et l'excellence de la documentation visuelle dont nous disposons sur la carrière politique de Macdonald et sur l'expansion du Canada pendant les années où il était premier ministre tient à ce facteur. Les photographies historiques dont nous disposons nous permettent de mieux analyser le caractère, les poses et les étonnantes expressions de ce père de la Confédération au fil des décennies, tout particulièrement grâce à la série de photographies de Macdonald, prises par Topley, que BAC a sous sa garde. Des images comme celle du fascinant portrait de lady Macdonald, après la mort de son époux, avec Mary, leur fille handicapée, nous invitent à réfléchir au mystère de la vie privée de Macdonald. À nous questionner sur l'influence qu'a pu exercer sa vie privée sur sa vie publique.

Le personnel de BAC responsable de la préservation des photographies n'a pas à craindre que la couleur des anciennes photographies de Macdonald change ou se détériore puisqu'elles datent d'une époque où la photographie en couleurs n'existait pas encore. Néanmoins, les photographies prises au XIXe siècle ne sont pas sans poser d'autres défis. Lorsque BAC fait l'acquisition de photographies pour sa collection, l'un des premiers gestes que pose le personnel responsable de leur préservation est d'enlever tout élément qui, telle la colle ou le ruban adhésif ayant servi au montage, contient des acides qui risquent de les endommager. Cette précaution permet de ralentir le processus de détérioration des photographies, voire parfois de l'arrêter. Elles sont ensuite conservées dans des enveloppes sans acide. Au moment de les exposer, elles seront placées derrière une vitre filtrant les ultraviolets et à l'abri de la lumière directe du soleil afin d'éviter que l'image ne pâlisse davantage. Par ailleurs, puisque la chaleur et les changements de température peuvent faire travailler le papier et les fournitures d'artiste en général, tout aussi bien les photographies que les négatifs sont conservés dans une chambre spéciale où la température et l'humidité sont contrôlées.

Photographie modifiée du dîner de la « garde descendante », tenu en l'honneur de sir John A. Macdonald, le 4 mai 1882
Source

Dîner de la « garde descendante », tenu en l'honneur de sir John A. Macdonald, le 4 mai 1882

Ce travail d'expert permet de veiller à ce que Macdonald, ce personnage mémorable et fascinant, l'homme d'État sérieux tout autant que l'homme du peuple débordant d'esprit, demeure une figure aussi connue des Canadiens que les billets de 10 $ dans leurs poches.

Venez découvrir, dans notre Galerie de photographies, d'autres pièces de la collection de BAC.