Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Sir John A. Macdonald
homme d'État canadien et patriote

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Babioles

Figurine articulée de sir John A. Macdonald, par Canadian Legends
Source

Figurine articulée de sir John A. Macdonald, par Canadian Legends

De toutes les pièces du fonds documentaire sur sir John A. Macdonald de Bibliothèque et Archives Canada (BAC), ce qu'il est convenu d'appeler des « babioles » demeurent sans doute parmi les plus fascinantes. Il ne s'agit ni de documents parlementaires ou de portraits, ni de documents juridiques ou de photographies, mais bien plutôt d'objets conçus, à l'origine, pour ne servir qu'un temps. Bon nombre sont de menus articles, souvenirs du passé, que sir John gardait pour des raisons personnelles qui nous sont inconnues. Auxquels s'ajoutent des pièces qui, produites ou conservées en commémoration par ses concitoyens canadiens, comportent son nom ou son portrait tantôt pour rendre hommage à sa stature politique, tantôt pour en tirer commercialement parti.

Première inscription dans le journal personnel de Lady Macdonald, le 5 juillet 1867
Source

Première inscription dans le journal personnel de Lady Macdonald, le 5 juillet 1867

Au nombre de ses propres articles personnels qui font partie de la collection de BAC, figure une carte d'invitation aux funérailles de la fille d'un de ses amis datant de 1838, sur laquelle cet ami lui rappelle d'arriver tôt puisqu'il sera l'un des porteurs. À une certaine époque, les Macdonald avaient des plans de table pour la salle à manger, et BAC a acquis l'un de ces plans sur lequel sont inscrites, à la main, les places assignées à chacun. La collection comprend également des « cartes-portraits » — des portraits photographiques qui, portant la signature du sujet, sont fixés sur du carton rigide —, ainsi que les partitions musicales d'œuvres comme Sir John A. Macdonald Waltz et The Loyal Opposition Gallop.

Une des pièces de la collection, le journal de la seconde épouse de sir John, lady Agnes Macdonald, fut longtemps considérée comme hautement confidentielle. Elle y a écrit, pour la première fois dans sa vie d'épouse, le 1er juillet 1867, soit le jour même de l'entrée en vigueur de la Confédération et de la réunion de colonies britanniques d'Amérique du Nord en un pays. Elle continuera d'y écrire régulièrement pendant les deux années suivantes, et de fournir ainsi de riches détails sur sa vie de famille et sur le tourbillon de la vie mondaine à Ottawa à l'époque victorienne. À l'instar des nombreuses aquarelles qu'elle a peintes, son journal nous permet de vivre les premières années du Canada à travers les yeux, bien particuliers, d'une femme faisant partie du milieu influent par excellence.

Publicité pour la bière Molson comportant une image de sir John A. Macdonald, 1924
Source

Publicité pour la bière Molson comportant une image de sir John A. Macdonald, 1924

Sir John vivra jusqu'à un âge avancé et, à sa mort, on frappera des médailles en son honneur. Un de ses partisans conservera un billet de train émis tout spécialement pour permettre à certaines personnes d'assister aux funérailles du « vieux chef ». Longtemps après le décès de Macdonald, on continuera de produire une multitude d'objets reprenant son effigie. Quelques-uns de ces objets, comme les rubans commémorant l'inauguration d'une statue à sa mémoire, ou encore les timbres émis à l'occasion d'anniversaires importants, ont un caractère officiel et grave. Mais il s'en trouve aussi certains qui font un usage purement commercial de son image pour mettre en marché toutes sortes de produits — des boissons gazeuses, des relish, du tabac, de la bière et des corsets. Il existe une affiche publicitaire qui, reprenant, en le modifiant, un portrait officiel réalisé par l'illustrateur John Wilson Bengough, montre sir John tenant un pain de savon dans la main. Sur un exemplaire de cette affiche, quelqu'un a jugé bon, peut-être parce qu'il trouvait l'œuvre de mauvais goût, d'y couvrir le savon d'un repeint figurant un livre.

À la différence des documents et des livres relevant de l'ordre de la politique, ces babioles n'étaient aucunement destinées à être conservés ou consultés par plus d'une poignée de gens. Ces rares traces de la vie et de l'époque de Macdonald sont d'autant plus extraordinaires et précieuses qu'elles ont survécu aux années, et qu'elles nous permettent ainsi de découvrir une époque révolue à partir d'un point de vue différent, sinon plutôt étonnant.

Étiquette du chutney canadian, Tomato Chutnee, sur laquelle on peut lire une citation de John A. Macdonald attestant du bon goût du produit
Source

Étiquette du chutney canadian, Tomato Chutnee, sur laquelle on peut lire une citation de John A. Macdonald attestant du bon goût du produit

Pages couvertures d'un menu et d'un livret de toasts pour un banquet en l'honneur de sir John A. Macdonald, tenu par le Parti libéral-conservateur d'Ontario le 18 décembre 1884
Source

Pages couvertures d'un menu et d'un livret de toasts pour un banquet en l'honneur de sir John A. Macdonald, tenu par le Parti libéral-conservateur d'Ontario le 18 décembre 1884

Venez découvrir, dans notre Galerie de babioles, d'autres pièces de la collection de BAC.