Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Explorer les thèmes choisis > SOS! Les catastrophes au Canada English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : SOS! Les catastrophes au Canada
IntroductionReportages sur les catastrophesRechercheAideEauTerreAirFeuGlaceLe tsunami de Terre-NeuveL'inondation de WinnipegLes inondations du Saguenay

L'eau

Le tsunami de Terre-Neuve, 18 novembre 1929

Le lundi 18 novembre 1929, la terre a tremblé et les eaux ont envahi la péninsule de Burin dans le sud de province de Terre-Neuve. Un tsunami (mot japonais qui signifie « vague dans le port ») a frappé les rives de la péninsule, déclenché par un tremblement de terre survenu en mer, au large des côtes, au fond de l'océan Atlantique. Le tsunami a pris les habitants de la péninsule de Burin complètement par surprise, car la plupart des tsunamis se produisent dans la région qui encercle l'océan Pacifique.

Le tremblement de terre dans la mer a commencé à 44° 69� de latitude nord et à 56° de longitude ouest, le long de deux plans de faille situés à environ 250 kilomètres au sud de la péninsule de Burin. La secousse mesurait 7,2 sur l'échelle de Richter.

Photo montrant deux infirmières qui ont aidé les victimes du tsunami

Source

L'infirmière Dorothy Cherry (à gauche) a aidé des victimes du tsunami au péril de sa vie

La catastrophe a commencé vers 17 heures par une violente secousse sismique qui a duré cinq minutes. Les gens ont été en même temps étonnés et alarmés. Les habitants de St. John's, à 402 kilomètres de l'épicentre, ont cru que les grondements provenaient d'un accident survenu dans les puits des mines de Bell Island à la baie de la Conception. Une fois remis de leur peur initiale, la plupart des habitants ont essayé de ne plus y penser et ont continué à préparer le repas du soir.

Photo d'un camion sur lequel est attachée une banderole portant les mots BURIN RELIEF, en 1929

Source

Camion faisant la collecte de biens pour aider les victimes du tsunami à Burin, en 1929

Vers 19 h 30, un tsunami a déferlé sur les rives de la péninsule de Burin. Les vagues, qui avançaient à la vitesse extraordinaire de 129 km/h à partir de l'épicentre, ont frappé la péninsule à une vitesse de 105 km/h. Plus de 40 villages côtiers ont été dévastés. Voici comment l'éditorial du 22 novembre 1929 du Daily News de St. John's a décrit la tragédie :

Tout à coup, sans avertissement, ils entendent un grondement d'eau. Plus fort que celui des vagues ordinaires, le bruit est assourdissant et, soudain, avec une violence incroyable, un mur d'eau de quinze pieds envahit leur petite maison, entrant par les portes et les fenêtres, puis se retire, emportant la maison, la mère et les enfants! [traduction libre]

Toutes les communications avec le reste du monde étaient coupées. De plus, à cette époque, il n'y avait pas de route qui reliait la péninsule de Burin et le reste de la province. Après que la vague se fut retirée, les survivants désemparés ont été obligés d'inventer leurs propres plans de sauvetage.

Trois jours après le tsunami, le jeudi, le vapeur Portia a fait, comme prévu, un arrêt dans le port ravagé de Burin et a vite expédié un SOS à St. John's, d'où on a envoyé le SS Meigle, avec des médecins, des infirmières, des couvertures et des vivres.

On avait d'abord cru que les dommages se situaient entre 150 000 $ et 250 000 $, mais on a constaté par la suite qu'ils s'élevaient à plus d'un million de dollars. Le tsunami avait détruit des bateaux, des engins de pêche, des approvisionnements et de l'équipement industriel appartenant à la moitié des travailleurs salariés de l'endroit. Les victimes de la catastrophe n'ont pas été remboursées pour les denrées alimentaires ni pour les réserves qu'elles avaient mises de côté pour se chauffer pendant l'hiver et qu'elles avaient perdues. Elles ont toutefois obtenu une compensation financière pour la réparation des maisons et pour les bateaux détruits.

Le premier fonds de secours pour les victimes du tsunami a été mis sur pied par un comité, à St. John's, le 25 novembre 1929. Les dons au South Coast Disaster Committee, provenant des autres régions de Terre-Neuve, du Canada, des États-Unis et de la Grande-Bretagne, se sont élevés à plus de 250 000 $.

Le tsunami a causé des dommages irréparables et affecté 10 000 personnes établies à plus de 40 endroits. Dans la péninsule de Burin, 27 personnes sont mortes lors du tsunami et une autre est décédée en 1933 par suite des blessures subies lors de la catastrophe. On a rapporté qu'un tsunami déclenché par le même tremblement de terre s'était abattu au cap Breton, en Nouvelle-Écosse, causant la noyade d'une personne.

Enquêtes sur les naufrages