Skip navigation links (access key: Z)Library and Archives Canada - Bibliothèque et Archives Canada Canada
Home > Browse Selected Topics > SOS! Canadian Disasters Français

Archived Content

This archived Web page remains online for reference, research or recordkeeping purposes. This page will not be altered or updated. Web pages that are archived on the Internet are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats of this page on the Contact Us page.

Banner: SOS! Canadian Disasters
IntroductionDisaster Media ReportsSearchHelpWaterEarthAirFireIce
Headline reading UN VRAI DÉLUGE

UN VRAI DÉLUGE

Une violente tempête ravage l’Est du Québec : trois morts, cinq disparus

Lucien Bouchard revient d’urgence au Québec

Éric Clément et André Duchesne

Une violente tempête, marquée par des pluies diluviennes et de forts vents, a ravagé l’Est du Québec, de vendredi à hier soir. Le premier bilan est déjà lourd : trois morts, dont deux enfants au Saguenay, au moins cinq disparus, des milliers de personnes sinistrées ou évacuées et des dégâts matériels qui se chiffrent en dizaines de millions de dollars.

Inondations, glissements de terrains, éboulements, ruisseaux, rivières et lacs rendus furieux, les eaux arrachant tout sur leur passage, ponts emportés ou submergés, c’est tout un coin du Québec qui a connu l’enfer des éléments déchaînés, hier.

La dépression a déversé jusqu’à 155 mm de pluie en 24 heures au Saguenay, au Lac Saint-Jean, dans Charlevois, sur la Côté-Nord et dans la Haute-Maurice, les régions qui ont le plus écopé.

Des centaines de maisons ont été inondées, déplacées ou détruites, surtout au Saguenay, où des villages ont été isolés, notamment Anse-St-Jean, Ferland-et-Boilleau et Laterrière.

Des tronçons de routes ont été rendus impracticables ou carrément emportés, avec des automobiles, par la force des eaux.

La situation a été jugée si grave que le premier ministre Lucien Bouchard a décidé d’écourter ses vacances californiennes et de revenir au Québec. Il visitera aujourd’hui les zones sinistrées et a d’ores et déjà convoqué un conseil des ministres exceptionnel pour demain.

Les citoyens de nombreux villages, aidés par une dizaine d’hélicoptères, les Forces canadiennes, des policiers et des pompiers municipaux, la Sûreté du Québec et des fonctionnaires d’une dizaine de ministères coordonnés par la Sécurité civile ont porté secours à des centaines de personnes en situation délicate.

La région du Saguenay a été la plus touchée, surtout la ville de La Baie, où une fillette de 10 ans et un garçon de 8 ans ont péri, hier matin, dans leur lit, ensevelis par de la boue, au rez-de-chaussée de leur maison. Un pan d’une colline gorgée d’eau avait dévalé la pente et déplacé l’habitation, partiellement détruite. Les parents (le père est un militaire attaché à la base de Bagotville) et un enfant ont pu fuir mais les secouristes n’ont pu sauver les deux enfants.

« Environ 5 000 des 14 000 abonnés de la région ont été privés d’électricité, dont 3 000 à Chicoutimi. Dans certaines localités isolées, le service ne sera pas rétabli avant 48 ou 72 heures, les équipes ne pouvant s’y rendre », a expliqué Marie Archambault, porte-parole d’Hydro-Québec.

Les vannes de plusieurs barrages publics et privés du Saguenay ont dû être ouvertes, hier, tant la pression des eaux menaçait leur structure même. On a procédé ainsi pour les barrages situés en travers de la rivière Chicoutimi, de la rivière des Ha ! Ha ! et de la rivière aux Sables, pour faire baisser le niveau du lac Kénogami. Mais cet afflux d’eau a provoqué des inondations dans toute la région, en plus d’inquiéter la population quant à la résistance des barrages.

Mme Archambault a même fait part des craintes d’Hydro-Québec de voir les barrages de Pont-Arnaud et de Chutes-Garneau, situés sur la rivière Chicoutimi, emportés par les flots. « Ils risquent tout deux de céder, disait-elle hier soir. Ce n’est pas une question de qualité mais il y a tellement d’eau… »

Du fait de la morphologie différente de son réseau hydrographique, la Côte-Nord a surtout été affectée au niveau de la route 138, coupée à plusieurs endroits, à la suite d’affaissements qui avaient créé des crevasses éparpillées sur une cinquantaine de kilomètres, entre Baie-Trinité et Rivière-Pentecôte.

Une femme a ainsi péri près du ruisseau Petit-Calumet à Pointe-aux-Anglais, alors qu’elle essayait de traverser à pied une crevasse. Son corps a été retrouvé en début d’après-midi près du fleuve. Son mari a pu rejoindre la terre ferme. Le couple, propriétaire d’un garage, s’en allait porter secours à un automobiliste.

Une autre automobiliste est porté disparu à la suite du plongeon de sa camionnette dans une crevasse, près de la rivière Petite-Trinité, à Îlets-Caribou. Trois personnes, dont les voitures étaient aussi tombées dans cette crevasse, ont pu être sauvées. Elles ont été transportées en hélicoptère à l’hôpital de Sept-Îles. Douze autres personnes, coincées dans leurs véhicules entre Baie-Trinité et Rivière-Pentecôte, ont également été secourues par hélicoptère.

Plus de 50 000 personnes ont été privées de téléphone sur la Côte-Nord et des milliers de clients d’Hydro-Québec ont eu recours aux chandelles, du Saguenay jusqu’aux portes de la Vieille Capitale.

Les trois occupants d’un bateau de plaisance ont disparu vendredi, après avoir lancé un appel de détresse à 14 h 30, alors que le bateau se trouvait près de l’embouchure du Saguenay. Seuls des débris et des effets personnels ont été retrouvés.

Les services de tous les traversiers assurant la navette entre les deux rives du Saint-Laurent ont été perturbés. Celui reliant Trois-Pistoles aux Escoumins n’a pu y accoster.