Skip navigation links (access key: Z)Library and Archives Canada - Bibliothèque et Archives Canada Canada
Home > Browse Selected Topics > SOS! Canadian Disasters Français

Archived Content

This archived Web page remains online for reference, research or recordkeeping purposes. This page will not be altered or updated. Web pages that are archived on the Internet are not subject to the Government of Canada Web Standards. As per the Communications Policy of the Government of Canada, you can request alternate formats of this page on the Contact Us page.

Banner: SOS! Canadian Disasters
IntroductionDisaster Media ReportsSearchHelpWaterEarthAirFireIce
Headline reading UNE IMMENSE MER DE FLAMMES NOIE LES MINES DE PORCUPINE

UNE IMMENSE MER DE FLAMMES NOIE LES MINES DE PORCUPINE

Le feu destructeur cause aussi de terribles conflagrations à Saint-Jérome et à Calumet, dans la Province de Québec.

L’ELEMENT DEVORANT SEME LA DESOLATION ET LA MORT

Sur une superficie de vingt-cinq milles, les mineurs de Porcupine périssent au fond des puits, étouffés et brûlés, ou déchiquetés par la dynamite.

DES SCENES D’HORREUR.---DES CANADIENS-FRANÇAIS PARMI LES VICTIMES

(Spécial à la PRESSE) — Toronto, 13

La région minière de Porcupine vient d’être dévastée par un épouvantable incendie. Les morts se comptent par centaines et les dégâts matériels se chiffrent par plus d’un million. En quatre heures environ, les flammes ont ravagé les bords du lac Porcupine, Pottsville, South Porcupine, Golden City. Dans les mines West Dome et Big Dome, les malheureux mineurs ont été brûlés vifs dans les puits étroits où ils avaient charché [sic] un refuge.

Les rues de South Porcupine sont encombreé [sic] de cadavres calcinés, de charognes fumantes de chavaux [sic] et de bestiaux.

Les actes d’héroïsme ont été nombreux, et les plus beaux peut être [sic] ne seront jamais connus.

LES MORTS

William A. Moore.
R. F. Mondoux.
Mervin Strain Haileybury.
André Larue.
Nathan Haas, ingénieur, Spokane.
Angus Burt, essayeur, West Dome, et Mme Burt.
Robert A. Weiss, administrateur, West Dome, sa femme et sa fillette.
Jack Hamilton, West Dome Mine.
McQueen, charpentier, West Dome, et femme.
Andy Yuyil, contremaître, United Porcupine Mines.
Frank Flynn, United Porcupine Mines.
Joseph Fletcher, United Porcupine.
C. E. Adams, Philadelphia Mine.
William Ghor.
Thomas Geddes,
Dan Smith,
George Lunbar, tous de South Porcupine.
Vingt-sept hommes au fond du puits de la West Dome, dont les noms manquent. Trente mineurs étrangers, brûlés au fond du puits de la Dome, tous inconnus.

MANQUANTS

81 employés de la West Dome ; 300 hommes de la Dome Mine.

A la première heure hier matin on aperçut dans le lointain du lac Porcupine d’épais nuages de fumée. A Lakeview, un incendie sans importance avait éclaté au cours de la matinée. On n’y prit pas garde autrement car dans la région les feux de broussailles sont fréquents.

MER DE FEU

A midi, cependant, le voile de fumée âcre montant rapidement à l’horizon atteignait déjà le zénith, et l’on commença de prendre quelqu’inquiétude [sic]. A deux heures et demie, l’incendie couvrait, en forêt, une superficie de vingt-cinq milles et, poussé par un vent terrible avançait avec une effrayante rapidité. La ligne de Tisdale était bientôt détruite, puis c’était le tour des mines Standard et Impérial dans le canton Delora, de la mine Philadelphie dans le canton Shaw, et des mines Eldorado et United dans le canton Southern Whitney.

A une heure et quart, on commença à réaliser dans South Porcupine la gravité de la situation. Les sirènes commencèrent à donner l’alarme à la population: le ciel était complètement couvert de fumée et l’éclat du soleil bientôt s’obscurcissait. Aux horreurs de l’incendie, s’ajoutait l’effroi d’une nuit épouvantable.

SAUVE QUI PEUT

Les malheureux habitants de South Porcupine faisaient en hâte des paquets de ce qu’ils avaient de plus préciux [sic] et se disposaient à la fuite. Pendant ce temps les flammes avaient cerné le village de Preston et attaquaient les mines Foley et O’Brien, East Dome, Dome, West Dome, North Dome et ce qui restait de la Dome Extension, après l’incendie de dimanche. En une demi-heure, les flammes atteignaient les premières maisons de South Porcupine; ce fut à vrai dire le commencement de la fin. Les habitants comprirent que la ville allait y passer toute entière et eux-mêmes eurent l’horreur de constater que les flammes cernaient presque le lac et qu’ils n’avaient plus guère de changes d’échapper à une mort horrible.

LES FLAMMES MUGISSENT

Les flammes avançaient avec une rapidité effrayante dans un mugissement de tempête qui s’entendait à plusieurs milles. En moins de vingt minutes toute la ville de South Porcupine était en flammes, et trois heures après, il ne restait plus que cendres brûlantes et ruines fumantes de ce centre d’exceptionnelle activité minière. La population s’était massée sur la berge du lac. On fit monter d’abord les femmes et les enfants dans toutes les embarcations dont on put disposer et on les dirigea sur Pottsville et Golden City, encore indemnes à ce moment.

LA PANIQUE

Les mineurs étrangers furent pris de panique et les deux gardiens de la paix, Murray et Gardner, demeurèrent impuissants à les rassurer, ne pouvant s’exprimer dans leur langue.

EPOUVANTABLE SITUATION

Une seule femme ne voulut pas s’embarquer : Mme William Gohr, dont le mari avait péri dans les flammes. La malheureuse resta pendant deux heures dans l’eau, tenant son bébé dans les bras, appelant son mari. Les cris déchirants de la malheureuse faisaient couler des larmes. Longtemps après qu’il ne restait plus que des cendres dans la ville, les cris de cette veuve tragique s’entendaient au loin. Quand les flammes attaquaient les premières maisons de South Porcupine, les chevaux et les bestiaux furent frappés d’épouvante; ils passaient en trombe dans les rues en flammes. Un à un ils tombèrent suffoqués et bientôt disparurent dans le brasier.

Un homme dont on ignore le nom fut sauvé en canot au moment où il allait périr; il avait les yeux brûlés et appelait à grands cris son associé.

SCENES D’HORREUR

Certaines scènes de ce sinistre dépassent la puissance d’évocation de l’écrivain, échappent à toute description, par leur excès d’horreur. On retira deux hommes du brasier; la main de l’un, complètement carbonisée, tomba par terre lorsqu’on le transporta; l’autre avait le ventre mangé par le feu, au point que les boyaux s’en échappaient. Combien des scènes d’horreur se sont passées qui demeureront ignorées. On cite les deux frères Flynn qui purent se réfugier dans une enfractuosité [sic] de rocher; leur frère n’ayant pu les rejoindre fut brûlé vif sous leurs yeux.

TERRIBLE HOLOCAUSTE

Sur les 300 employés de la mine Dome à peine quelques-uns sont-ils encore vivants. Des 84 hommes de la West Dome, trois ont pu se sauver. Les chemins qui conduisent à ces deux entreprises sont couverts de cadavres méconnaissables.

Ce qui se passa à la West Dome ne sera probablement jamais connu car tous ont péri dans les flammes, la plupart au fond du puits. On sait que dans la galerie se trouvaient cent livres de dynamite. Les gaz causés par cette formidable explosion, la rendent inaccessible, Mme Smith, femme de l’essayeur a été trouvée morte au milieu de l’échelle du puits. Comme elle tentait de remonter elle fut écrasée par une pièce de bois en flammes tombée de l’ouverture.

LA DYNAMITE

Par contre les mines Elderado et East Dome n’ont pas perdu des hommes. Sur le terrain de la mine Foley-O’Brien se trouvaient les magasins de la Canadian Explosive, contenant cent tonnes de dynamite. Au moment de l’explosion Ernest et Harry Holland et le capitaine Munn se trouvaient à trois cents mètres environ des magasins. Ils ont été projetés à une grande distance, mais n’ont pas été gravement blessés.

Les flammes ont dévoré les deux tiers de la ville dans lesquels il faut compter les constructions ayant le plus de valeur.

On annonce que le Pacifique Canadien transporte gratuitement dans son réseau les sinistrés de la région de Porcupine.

CANADIENS-FRANCAIS

On compte deux Canadiens-Francais parmi les morts : R. F. Mondoux et André Larue.

A COCHRANE

Le village de Cochrane a été complètement détruit. Nous recevons de notre correspondant régulier les intéressants renseignements qui suivent sur cet intéressant village.

Cochrane, 17 – Quelques détails sur la ville de Cochrane ouverte depuis 1905. Il y a 4 églises (la corporation est évaluée à $500,000.00), deux branches des banques Ottawa et Imperial, l’avocat, 1 notaire, 4 docteurs, une imprimerie et un journal imprimé dans la ville au-delà de 40 hôtels de tempérance car les liqueurs spiritueuses sont prohibées, un théâtre de vues animées. La corporation a dépensé $2,000.00 pour arranger les rues. Il y a deux scieries en fonctionnement.

Il y a une cour de magistrat, 3 détectives pour maintenir l’ordre de la ville principalement pour protéger la prohibition.

Cochrane est aujourd’hui le terminus de la ligne Temiskaming Northern Ontario Ry et est en même temps sur la ligne du transcontinental. Un train partant de North Bay tous les matins arrivent [sic] tous les soirs à Cochrane à 8 hrs 40 p.m. et part tous les jours à 7 hrs 45 m, a.m., pour North Bay, Englehart, New Liskeard, Cobalt, etc.

Le gouvernement a fait ouvrir les chemins jusqu’à 9 milles en dehors de la ville pour faciliter la colonisation. La terre est plate franche et de première qualité pour la culture. Le climat est aussi favorable à la culture et en même temps une forêt riche de bois commercial de toutes sortes.

L’union station construite par le Grand Tronc Pacifique et le Temiskaming Northern Ontario Ry a coûté $67,000.

DES SECOURS

Toronto, Juillet 13 – Des mesures sont prises pour soulager l’horrible détresse des sinistrés du district de Porcupine. Le conseil de ville a souscrit $5,000.00 et le Board of Trade $1,000.00 au fonds de secours. On espère, à l’aide des contributions publiques, former une somme de $10,000.00 qui sera immédiatement envoyé [sic] aux victimes du feu.

[Caption under map]

La région de North Bay et de Porcupine ravagée par les feux de forêts (1) Porcupine (2) Cochrane. On voit la position de Porcupine relativement à la région des grands lacs et de la Baie d’Hudson.