Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Explorer les thèmes choisis > SOS! Les catastrophes au Canada English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Banni�re : SOS! Les catastrophes au Canada
IntroductionReportages sur les catastrophesRechercheAideEauTerreAirFeuGlace
Titre de l'article : DES VILLES ENTIÈRES DÉTRUITES PAR LE FEU

Des villes entières détruites par le feu

Une grande partie de Nouvel Ontario est en flammes à la suite des chaleurs excessives et du manque d’eau. Les feux de forêts s’étendent sur une distance de trois cents milles balayant sur leur passage les villages entiers et les camps des mineurs

LA VILLE DE COCHRANE NE N’EST PLUS QU’UN MONCEAU DE CENDRES. PORCUPINE EST EN FEU. – TOUT BRÛLÉ, SANS QUE L’ON PUISSE PORTER SECOURS AUX INFORTUNES.

Des familles sont brûlées vives et des malheureux, voulant échapper aux flammes, se noient dans les rivières. – Des trains de secours sont dépêchés sur les lieux.

North Bay, 12 – Comme conséquence de la grande chaleur et l’absence de pluie depuis quelques semaines le Nouvel Ontario est en feu. Partout dans cette partie du pays les désastres se suivent sans que l’on puisse réussir à contrôler l’élément destructeur. Les flammes sévissent non seulement dans les bois, mais des villages entiers ont été détruits et le montant des pertes se chiffrera dans des millions. C’est surtout dans le district de Porcupine que les flammes exercent leurs ravages. De North Bay jusqu’à une distance de 300 milles au nord, l’incendie sème ses ravages, et les mineurs, les prospecteurs aussi bien que les colons qui ont pu sauver leur vie demandent qu’on leur envoie des secours de toutes sortes. Ils ont tout perdu et aujourd’hui ils n’ont rien à manger. La petite ville de Cochrane, située à la jonction de la compagnie T. & N. Ontario, qui a été partiellement détruite la semaine dernière a été complètement rasée hier, les citoyens sont désespérés car ils ont tout perdu.

Les flammes activées par un vent violent font leur chemin détruisant tout sur leur passage. Plusieurs personnes dont on ignore les noms ont trouvé la mort dans cet enfer.

Les flammes désastreuses ont détruit les villes de Pattsville et Pordupine, dévasté les camps miniers qui entourent Golden City. C’est à ce dernier endroit où le feu n’a pas fait son œuvre que s’organisent tous les secours aux sinistrés.

Rien ne peut être fait pour enrayer la marché des flammes, cette partie du pays est couverte de bouleaux qui prennent feu dès qu’une étincelle leur touche. Sous le contact de la chaleur les écorces enflamées se détachent du tronc et le vent les porte dans toutes les directions. Il n’y a pas plu depuis plusieurs jours.

Jusqu’ici les compagnies de chemain de fer n’ont éprouvé aucun désastre et les victimes de l’incendie trouvent un refuge temporaire dans les gares et dans les wagons à marchandise.

LES VICTIMES

On a rapporté à Golden City qu’un grand nombre de mineurs ont été asphyxiés au milieu des flammes. Des cadavres trouvés quatre seulement ont pu étre identifiés : F. Flynn ; Alfred Jouill ; W.J. Fletcher ; Billy Moore.

Quatre inconnus travaillant dans un camp, près de Porcupine ont cherché à échapper aux flammes en se jetant dans la rivière et se sont noyés. On ne pourra pas savoir [ … ?] juste avant quelques jours quel est le nombre des victimes ; d’àpres les rapports reçus plusieurs manqueront l’appel.

LES SECOURS

M. Black, surintendant du chemin de fer du gouvernement d’Ontario et ses employés sont demeurés à leur poste nuit et jour. Dans chaque cas possible ils ont dépêché un train pour porter secours aux sinistrés.

Ce matin, le conseil de ville de North Bay a envoyé pour $300 de produits alimentaires. Des tentes, des couvertes et autres premières nécessités sont aussi expédiés pas les trains de secours.

UN VÉRITABLE ENFER

La partie sud de Tisdale a été balayée par le feu et plusieurs cantons du district ont été sérieusement endommagés. Tous les camps miniers de Dome à Withney ont été brûlés, forçant des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants à chercher un refuge au bord des lacs contre la chaleur intense qui se dégageait du foyer. Cette conflagration, pour toute la population, a dégénéré en quelques heures en un enfer de terreur. Des immenses colonnes de fumée montent vers le ciel tandis qu’une lueur sinistre illumine tous les environs.

LE FEU À PORCUPINE SUD

Porcupine Sud et Pottsville sont aussi devenus la proie des flammes et les maisons sont brûlées jusqu’au sol. La population a été sauvée en traversant le lac au moyen de yachts à gazoline et s’est réfugiée à Golden City. À cet endroit il n’y a des provisions que pour quelques jours et des demandes de secours sont faites par les autorités.

PÉNIBLE SITUATION À COCHRANE

Toute la ville de Cochrane est disparue et il ne reste que dix-huit édifices disparus sont la gare et tous les magazins ce qui laisse la population sans provisions et sans vêtements. Un grand nombre ont passé la nuit couchés dans les chars à marchandises sur la voir du T. & N. O.

Parmi les maisons sauvées du désastre sont les bureaux du Transcontinental, la salle de pool Johnson et la Banque Impériale.

BANQUES ET ÉGLISES DÉTRUITES

Au nombre des principaux édifices détruits à Cochrane sont les banques et Toronto et d’Ottawa, les églises méthodiste, trappiste et presbytérienne, l’hôtel King George, Dempsey Hotel, Hôtel Pelangio, le bureau de poste, le magasin de la Compagnie de la Baie d’hudson, la pharmacie Whan et les magasins.

Ces renseignements ont été fournis par M. Black, surintendant de la division du T. & N. O.., demeurant à Cochrane.

DEMANDES DE SECOURS

Des demandes de secours ont été faites à New Liskeard, Haileybury, Cobalt et North Bay. Les maires de ces différentes municipalités ont convoqué une assemblée spéciale de leur conseil afin de répondre le plus favorablement possible à ces appels.

KELSO EN DANGER

Kelso, qui a perdu plusieurs de ses édifices dimanche dernier à la suite d’un incendie, est maintenant menacé d,une destruction complète. Le camp minier Hollinger, un des plus considérables du district, est probablement à liabri du danger, tous les environs ayant été balayés par le feu.

UN DÉRAILLEMENT

Le train No. 2 du T. & N. O., a déraillé hier après-midi à douze milles des Swastika, alors qu’il transportait des secours aux sinistrés. La cause de l’accident est attribuée à un défaut dans les rails provenant de l’extrême chaleur. Aucune perte de vie, ni accident n’est enregistré. Après un retard de deux heures, le train a pu se rendre à destination.

CHALEUR INSUPPORTABLE

Cobalt, Ont., 12 – Tout est en feu au nord de cette ville. Les bois sont en flammes et de partout arrivent des mineurs chassés de leurs camps par l’incendie. La chaleur est si grande qu’on doit fermer les fenêtres des wagons de chemin de fer. Hier soir les passagers du train de Montréal ont dû débarquer du convoi près de Uno Park à cause de l’intensité de la chaleur. Une dépêche de Kelso nous apprend que les citoyens ont dû évacuer la ville par suite des feux de forêts.