Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Explorer les thèmes choisis > SOS! Les catastrophes au Canada English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : SOS! Les catastrophes au Canada
IntroductionReportages sur les catastrophesRechercheAideEauTerreAirFeuGlaceLe tsunami de Terre-NeuveL'inondation de WinnipegLes inondations du Saguenay

L'eau

L'inondation de Winnipeg, mai 1950

En 1950, la rivière Rouge a atteint son niveau le plus élevé depuis 1861, ce qui a déclenché une inondation majeure qui allait durer du mois d'avril au mois de juin. La région avait connu d'abondantes pluies à l'automne et d'importantes chutes de neige pendant le long hiver. Au printemps, la froidure avait empêché la fonte des neiges et d'épaisses couches de glace accumulées sur la rivière l'avaient fait monter en crue dès le 22 avril. Au début de mai, des pluies intenses ont maintenu la rivière à un niveau supérieur à la crue habituelle pendant 51 jours.

La rivière tourbillonnante, montant du Minnesota vers le nord, a transformé en une vaste mer intérieure 600 milles carrés de terres agricoles du Manitoba entre la frontière américaine et Winnipeg. Alarmées par la probabilité d'une inondation, les autorités manitobaines ont demandé l'aide de l'Armée canadienne et de la Croix-Rouge. La Croix-Rouge a coordonné les secours et les équipes de secours, composées entièrement de bénévoles.

Du 1er au 5 mai, le niveau de l'eau a monté d'heure en heure, envahissant les rues et les bâtiments de Winnipeg. Le 5 mai fut une journée de tempête. Dans la soirée de cet infâme « vendredi funeste », où se mêlaient pluies torrentielles, grésil et neige, la puissante rivière Rouge a défoncé huit digues et démoli d'innombrables bastions de sacs de sable. Quatre des onze ponts de Winnipeg ont été détruits et des maisons ont été engouffrées sous les eaux. Le 6 mai, à la demande insistante des principaux responsables de la lutte contre la crue, le premier ministre du Manitoba, Douglas Campbell, a demandé au premier ministre canadien, Louis Saint-Laurent, de déclarer l'état d'urgence, rendu nécessaire par « l'inondation la plus catastrophique que le Canada ait jamais vue ». [traduction] (Rasky, 1961, p. 175)

Photo montrant des soldats en train de placer des sacs de sable pour contenir l'inondation survenue à Winnipeg, au Manitoba, en 1950

Source

Membres du Princess Patricia's Canadian Light Infantry travaillant à contenir l'inondation survenue à Winnipeg, au Manitoba, en 1950

Sous le commandement du brigadier Ronald E.A. Morton, l'armée a installé le quartier général de la lutte contre l'inondation dans des bureaux improvisés de l'édifice de la Législature du Manitoba. Le 18 mai, tandis que le niveau de la rivière Rouge était de 30,3 pieds plus haut qu'en temps normal, deux plans différents ont été discrètement élaborés. Le premier, intitulé « Opération If » ou « Blackboy », prévoyait la stratégie à adopter pour évacuer toute la ville de Winnipeg si la rivière montait de deux autres pieds. Le deuxième plan, « Opération Rainbow », visait la reconstruction de Winnipeg, si tout se passait bien.

Winnipeg a tenu bon et, enfin, le 25 mai, lorsque la rivière a commencé lentement à redescendre à 28,5 pieds, on a lancé l'« Opération Rainbow » et les résidants ont pu regagner leur maison qui dégageait une odeur très désagréable.

La Marine royale du Canada, l'Aviation royale du Canada et l'Armée du Salut ont tous joué un rôle important dans le combat que le Manitoba a livré contre la puissante rivière Rouge en 1950, tout comme les cent mille bénévoles de tous les âges qui, épuisés, mais tenaces et héroïques, se sont occupés des digues dans toutes les communautés. Les millions de sacs de sable qu'ils ont entassés témoignent de l'énormité de leur tâche. Devant la menace d'une épidémie de typhoïde, la ville d'Ottawa a fait don d'un chlorateur et l'Université de Montréal, de vaccins contre la typhoïde.

Le coût de l'inondation a été estimé à plus d'un milliard de dollars. On a créé un fonds de secours pour les victimes de l'inondation et l'on rapporte qu'entre huit et dix millions de dollars ont été recueillis. Bien que 107 000 personnes aient été évacuées de la région, l'inondation de 1950, qui avait noyé la ville de Winnipeg, n'a causé la mort que d'un seul de ses résidants, Lawson Alfred Ogg. À la suite de cette catastrophe désastreuse, la ville de Winnipeg a établi des mesures de lutte contre les inondations.

Référence

Frank Rasky. Great Canadian Disasters, Toronto, Longmans, 1961.

Enquêtes sur les naufrages