Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Explorer les thèmes choisis > SOS! Les catastrophes au Canada English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière : SOS! Les catastrophes au Canada
IntroductionReportages sur les catastrophesRechercheAideEauTerreAirFeuGlaceLa tempête de verglas de 1998L'avalanche du col ChilkootLe naufrage du TITANIC

La glace

L'avalanche du col Chilkoot, 3 avril 1898

La ruée vers l'or du Klondike a commencé en 1896 lorsqu'on a découvert de l'or dans le ruisseau Bonanza. Dès 1898, les prospecteurs se sont dirigés en masse vers le Klondike. Ils avaient le choix de divers chemins pour s'y rendre, mais la piste Chilkoot était la plus courte et la moins chère. Le col Chilkoot est donc devenu la porte d'entrée pour des milliers d'aventuriers venus chercher fortune.

Photo montrant des sauveteurs en train de sortir de la neige le corps d'une personne enfouie sous l'avalanche survenue à la piste Chilkoot le 3 avril 1898

Source

Sauveteurs sortant le corps d'une personne enfouie sous l'avalanche survenue à la piste Chilkoot le 3 avril 1898

La piste Chilkoot, toutefois, était loin d'être facile. Même si elle ne faisait que 53 kilomètres, elle était très à pic et elle dépassait le col Chilkoot de 1 067 mètres. À certains endroits, elle coupait à presque 40 degrés. C'est en grande partie parce que la piste était si fréquentée et si abrupte que la tragédie du 3 avril 1898 s'est produite. Aussi connue comme l'« avalanche du dimanche des Rameaux », la catastrophe a été l'un des événements les plus mortels et aussi l'un des plus médiatisés de toute la ruée vers l'or du Klondike.

Photo montrant des prospecteurs en train d'escalader une montagne enneigée, leurs bagages sur le dos, au col Chilkoot, en 1898

Source

Prospecteurs grimpant vers le sommet du col Chilkoot, en 1898

Cette année-là, il y avait eu des chutes de neige abondantes en février et en mars, mais avec l'arrivée du mois d'avril, du temps chaud avait fait fondre la neige et créé des conditions instables. Puis, le 2 avril, il a recommencé à neiger.

Les guides savaient que ces conditions augmentaient le risque d'avalanche et ils ont averti les voyageurs de ne pas s'engager dans la piste. Malheureusement, l'appât de l'or était trop fort et quelques prospecteurs ont fait fi des avertissements et pris la piste. La première d'une série d'avalanches a commencé à 2 h de la nuit et a enseveli 20 prospecteurs. Une deuxième, survenue à 9 h 30, en a enterré trois autres. Ils ont tous été sauvés, mais la peur d'autres avalanches a convaincu environ 220 personnes qui vivaient et travaillaient sur la piste de quitter les lieux.

Entre 11 h et midi, une troisième avalanche s'est produite, et un groupe d'évacués a été happé par une énorme masse de neige qui a enterré des douzaines de personnes sous 9 mètres de neige et recouvert dix acres.

Quelque 1 500 bénévoles ont passé quatre jours à essayer de sauver les survivants et de retrouver les cadavres. Le nombre de victimes variait selon les rapports. Certains déclaraient que 48 personnes avaient péri, tandis que d'autres affirmaient qu'il y en avait eu 70. On s'entend habituellement sur un total d'environ 60 victimes.

Les visiteurs qui se rendent à la ville de Dyea, en Alaska, peuvent voir l'endroit du dernier repos des victimes au cimetière des victimes de l'avalanche. De nos jours, la piste Chilkoot est une destination touristique populaire, mais elle demeure dangereuse. Parcs Canada avertit les randonneurs d'apporter des pelles, des détecteurs de victimes d'avalanche et des sondes d'avalanche, afin que les sauveteurs puissent les retrouver si jamais une avalanche survenait.

Article de presse : THE CHILKOOT HORROR

Article de presse : TALL TALE OF A TRAIL

Article de presse : AWFUL CALAMITY