Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

ARCHIVÉE - Un voyage littéraire au Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Paysages littéraires

Terre-Neuve-et-Labrador

Une île captivante où l'histoire abonde
par Noreen Golfman, Université Memorial

Timbre-poste de 80 cents blanc avec illustration en couleurs figurant une rue bordée de maisons en rangée et de lampadaires

Timbre-poste figurant une scène de rue dans une ville des Maritimes, 7 juin 1978

Source

Étant donné la longue tradition d'oralité propre à Terre-Neuve, les habitants ont l'habitude de parler, d'écouter, d'échanger anecdotes, fables et plaisanteries. Cette matière première alimente les récits de fiction et la poésie.

Les écrivains modernes ont tenté de saisir l'histoire complexe de l'île. Patrick O'Flaherty est celui qui témoigne le mieux de ce défi. Dans son étude intitulée The Rock Observed (1979), il donne une vue d'ensemble de la littérature terre-neuvienne depuis que John Cabot a mis pied dans la région, en 1479. Si certains écrivains ont rendu le lieu adéquatement et d'autres l'ont « distordu », plusieurs ont essayé d'en restituer une image fidèle.

Timbre-poste de 43 cents blanc avec illustration en couleurs figurant un homme construisant un bateau et de l'eau et des falaises à l'arrière-plan, ainsi que, au bas, une portée et des paroles de chanson

Timbre-poste intitulé « Chanson de Terre-Neuve », 7 septembre 1993

Source

La poésie dépouillée d'E. J. Pratt évoque avec vivacité la puissance de la géographie insulaire, devant laquelle l'humanité n'est qu'une frêle présence. Par-dessus tout, la mer a une grande force, particulièrement menaçante dans le poème épique The Titanic (1935) ou dans « Erosion » (1930-1931), texte lyrique dans lequel une « heure de tempête » creuse des « rides de granite / Sur un visage de femme » (traduction libre, extrait tiré de Collected Poems of E.J. Pratt, 1946).

La mer est essentielle pour les personnages de Random Passage (1992) de Bernice Morgan. Jalon du roman historique, ce récit relate l'établissement et le développement d'un petit village isolé du XIXe siècle. Les personnages de Morgan supportent de dures épreuves et des tragédies, mais l'histoire traite de la grande ténacité des habitants et de leur courage.

Photographie en noir et blanc de bateaux dans un port avec un village sur une colline au loin

La vie dans le petit port isolé de Petty Harbour (Terre-Neuve-et-Labrador), 13 septembre 1886

Source

Au contraire, Ed Riche imagine la vie dans un petit village isolé comme une réalité cocasse, et non comme un combat et un échec. Dans Rare Birds (2001), son malheureux héros et ses voisins excentriques s'efforcent de duper les touristes crédules venus visiter l'île et ses merveilles exotiques.

River Thieves (2001) de Michael Crummey témoigne de la tragique histoire des Béothuks, un peuple autochtone aujourd'hui disparu qui habitait autrefois l'île. D'autres écrivains de fictions historiques se sont inspirés de la politique de l'histoire de Terre-Neuve. Dans Colony of Unrequited Dreams (1999), Wayne Johnston imagine la vie du célèbre premier ministre de la province Joey Smallwood, lequel a fait entrer Terre-Neuve dans la Confédération. L'auteur donne une image animée du monde socioculturel dans lequel Smallwood a joué un grand rôle.

Les écrits sur Terre-Neuve se penchent souvent sur le passé pour imaginer et comprendre le présent. Compte tenu de l'histoire longue et caractéristique de la province, cette tendance se poursuivra certainement.