Bibliothèque et Archives Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Liens institutionnels

Le Gramophone virtuel
Enregistrements Historiques Canadiens

Biographies

Les ballades de La Bolduc -- Chroniques chantées de l'actualité au Québec, 1930-1940

Lorsque Mary Travers Bolduc signe un contrat d'enregistrement par lequel elle s'engage à écrire deux chansons par mois, elle se tourne vers l'actualité comme source d'inspiration pour remplir son engagement. Élevée dans une culture musicale où les ballades sont l'expression spontanée des émotions des gens ordinaires, elle trouve tout naturel de poursuivre cette tradition en composant ses propres chansons et ballades. Elle devient rapidement la porte-parole des hommes et des femmes de la classe ouvrière du Québec et du Canada français. Pour les auditeurs d'aujourd'hui, ses chansons sont des fenêtres sur les opinions et les expériences de la classe ouvrière québécoise des années 1930.

La plupart des chansons de La Bolduc abordent sur un ton léger des sujets sérieux comme la pauvreté engendrée par la Crise économique. Les gens qui l'écoutent ouvrent leurs bras et leur cœur à ces chansons qui leur permettent de rire de leurs propres misères et de gens comme eux. Dans des chansons comme « Ça va venir découragez-vous pas », La Bolduc parle directement au peuple de ses propres épreuves. Comme la chanteuse et ses personnages, les gens s'étaient attroupés pour voir le roi George VI, le dirigeable R-100 et l'éclipse solaire et ils avaient connu l'excitation que dépeignent les paroles de ces chansons.

Dans ces chansons, La Bolduc saisit (pour les auditeurs de l'époque et d'aujourd'hui) l'esprit, les joies et les frustrations de son peuple. En faisant la chronique de son histoire, elle devient la première et la plus célèbre chanteuse de ballades du Canada.

Voici quelques-unes des chansons de Mary Travers Bolduc portant sur des événements d'actualité :

« Ça va venir découragez-vous pas » : Chanson de 1930 au sujet de l'effondrement de l'économie canadienne au cours de la Crise économique qui fait référence au nouveau gouvernement élu du premier ministre R.B. Bennett. Enregistrée en septembre 1930.

« Toujours l'R-100 » : Chanson qui commémore l'arrivée à St-Hubert (Québec) d'un dirigeable plus léger que l'air au terme d'un voyage transatlantique de 79 heures en août 1930.

« L'Enfant volé » : L'enlèvement du jeune fils de l'aviateur Charles Lindberg fait les manchettes en 1932. Le style de la musique et des paroles de cette chanson diffère du reste du répertoire de La Bolduc, ce qui a amené certains à dire que La Bolduc n'a pas composé cette chanson. Enregistrée en mai 1932.

« Les Américains » : Cette chanson d'actualité fait référence à la prohibition de l'alcool aux États-Unis et aux Américains qui viennent chercher de la boisson à Montréal. Enregistrée en mai 1932.

« Sans travail » : Une chanson de juillet 1932 au sujet du chômage chronique et généralisé durant la Crise économique.

« As-tu vu l'éclipse? » : L'éclipse solaire du 31 août 1932, la première en 300 ans, attire des foules immenses et l'événement est préservé dans cette chanson que La Bolduc n'a jamais enregistrée.

« Roosevelt est un peu là » : Comme en atteste cette chanson, les Canadiens étaient au courant de la Nouvelle Donne du président Roosevelt visant à relancer l'économie américaine plongée dans la récession. La Bolduc a présenté en spectacle cette chanson écrite vers 1933 ou 1934, mais ne l'a jamais enregistrée.

« La Gaspésienne pure laine » : Chanson inspirée par les célébrations, en 1934, du 400e anniversaire de la colonisation de l'explorateur Jacques Cartier dans la région de Gaspé au Québec. Enregistrée en mars 1935.

« Les Cinq Jumelles » : Cette chanson fait état du cirque publicitaire qui a suivi la naissance des célèbres quintuplées Dionne, le 28 mai 1934, à Callander (Ontario). Ce disque, enregistré en mars 1935, est l'un des plus grands succès de vente de La Bolduc.

« Le Nouveau Gouvernement » : Cette chanson non enregistrée exprime l'attente impatiente d'une amélioration de l'économie à la suite de l'élection de 1936 du gouvernement de Maurice Duplessis au Québec.

« La Visite royale » : La visite royale du roi George VI et de la reine Elizabeth (la mère de la reine Elizabeth II) en 1939 est une cause de réjouissances. La Bolduc, presque à la fin de sa maladie, n'enregistrera jamais cette chanson.

« Tout le monde a la grippe » : Chanson au sujet de l'épidémie de grippe en février 1939.

Kiosque à journaux à Montréal lors de la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1939

« Si je pouvais tenir Hitler » : La Bolduc explique à son auditoire ce qu'elle aimerait faire à Hitler. Elle écrit cette chanson quelques jours après la déclaration de la guerre, mais elle ne l'enregistrera jamais.

Source

Madame Édouard Bolduc (Mary Rose Anne Travers), folkloriste et chansonnière (1894-1941)