Sauter les liens de navigation (touche d'accès : Z)Bibliothèque et Archives Canada - Library and Archives Canada Canada
Page d'accueil > Politique et gouvernement > Fait au Canada English

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

« Perfectionnements aux téléphones ». Brevet no 8371, déposé par Cyrille Duquet en 1878

 

Brevet no 8371. Date de dépôt : 1878.

« Perfectionnements aux téléphones » [Améliorations apportées au téléphone], Cyrille Duquet.

Alexander G. Bell a inventé le téléphone, mais c'est un autre Canadien, Cyrille Duquet, qui en fait l'appareil que reconnaissent les utilisateurs actuels. Le combiné illustré ici a su traverser l'épreuve du temps, s'imposant par son remarquable dessin industriel.

L'apparence des premiers modèles de Bell n'offre aucun intérêt, non plus que les premiers appareils mis sur le marché. Dans les deux cas, le microphone et le récepteur étant fixes, l'utilisateur doit se déplacer sans cesse. En 1877, Bell lance sur le marché son premier appareil composé d'une boîte comportant une ouverture qui sert à la fois de microphone et de récepteur. Les utilisateurs doivent parler dans l'ouverture puis y coller leur oreille pour entendre la réponse. Bell améliore le modèle suivant, et propose un appareil mural où microphone et récepteur sont séparés. L'usager peut donc les tenir, mais il doit se servir de ses deux mains.

Durant ce temps, les inventeurs du monde occidental travaillent sans relâche pour ajouter leur touche à l'invention de Bell. Le bureau des brevets canadiens enregistre des douzaines de variantes d'« améliorations apportées au téléphone », dont le concept de Henry Pole de Nouvelle-Écosse (no 9055), d'Abner Rosebrugh de Toronto (nos 9068, 9069 et 46713), de James Wright de Montréal (nos 19958 et 19959) et de Thomas Ahearn d'Ottawa (no 9936), ce dernier, un inventeur prolifique, étant surtout connu pour son appareil à chauffer les tramways et son four électrique. Une multitude de brevets sont octroyés, parmi lesquels celui déposé en 1878 par Cyrille Duquet, de Québec.

Horloger et joailler, Duquet a déjà prouvé ses talents d'inventeur amateur. En 1870, il fait breveter un dispositif qui enregistre l'heure exacte à laquelle les gardiens passent à divers points de leur ronde tandis qu'ils vérifient un télégraphe avertisseur d'incendie. Duquet suit de près l'évolution du téléphone, et aurait même correspondu avec Bell. Son brevet de 1878 ne lui a pas été octroyé pour le combiné même, mais pour le nouveau microphone installé sur un bloc d'aimants permanents qui améliorent la qualité de la transmission, ainsi que pour le concept d'un nouveau microphone. Une fois ces éléments brevetés, Duquet travaille à un système qui comporte en un seul combiné le microphone et le récepteur. Il réussit à les intégrer sur une courte planche, chacun d'eux étant fixé à une extrémité. C'est ce modèle qui est utilisé comme premier téléphone à Montréal, et Duquet se lance dans l'installation de lignes et d'appareils dans la région.

Les activités de Duquet attirent bientôt l'attention de la Canadian Telephone Company, qui possède les brevets canadiens pour l'invention de Bell et ne craint pas de renforcer ses droits de propriété intellectuelle. En 1881, la compagnie poursuit Duquet pour atteinte aux droits conférés par un brevet, et gagne son procès l'année suivante. Cependant, la compagnie réduit sa réclamation, portant le montant de dommages et intérêts de 5 000 à 10 dollars. De fait, la compagnie s'intéresse aux améliorations apportées par Duquet.

Quelques jours après le jugement, Duquet vend tous ses brevets et son équipement à la Canadian Telephone Company, pour la somme de 2 100 dollars. Il se retire du marché du téléphone, et peu après, se fait un nom dans un tout autre champ d'action, la politique. Durant les 30 ans qui suivent, Duquet travaille sporadiquement comme conseiller municipal à Québec. À la fin des années 1880, il supervise la conversion de l'éclairage des rues, qui passe du gaz à l'électricité. Mais on le connaît surtout pour les améliorations qu'il a apportées au téléphone.

Références

Brown, J.J. Ideas in Exile: A History of Canadian Invention, Toronto, McClelland & Stewart, 1967.

Grosvenor, Edwin S., et Morgan Wesson. Alexander Graham Bell: The Life and Times of the Man Who Invented the Telephone, New York, Harry N. Abrams, 1997.

Nostbakken, Janis, et Jack Humphrey. The Canadian Inventions Book: Innovations, Discoveries and Firsts, Toronto, Greey de Pencier Books, 1976.

Vaugeois, Denis. « Duquet, Cyrille », Dictionnaire biographique du Canada en ligne,
www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=42046&query=duquet ,
(consulté le 17 octobre 2005).