Skip navigation links (access key: Z)Bibliothèque et Archives Canada / Library and Archives CanadaSymbol of the Government of Canada
English - English version of this Web pageAccueil - Page principale du site Web institutionnelContactez-nous - Communiquez avec l'institutionAide - Renseignements sur la façon d'utiliser le site Web institutionnelRecherche - Recherche dans le site Web institutionnelecanada.gc.ca - Site Web du gouvernement du Canada

Contenu archivé

Cette page Web archivée demeure en ligne à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle ne sera pas modifiée ni mise à jour. Les pages Web qui sont archivées sur Internet ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez demander de recevoir cette page sous d'autres formats à la page Contactez-nous.

Bannière :  Les premières communautés canadiennes à la portée des jeunes
IntroductionExplorer les communautés
 

Titre de section : Les Chinois
Introduction | Histoire | Vie quotidienne | Culture | Références


Vie quotidienne

Le mode de vie -- les quartiers chinois

Lorsque les Chinois venaient s'installer au Canada, ils découvraient un pays très différent de la Chine. Il était alors tout naturel, pour des gens qui parlaient la même langue, qui avaient la même culture et les mêmes besoins, de souhaiter vivre proches les uns des autres. Les premiers immigrants chinois qui sont arrivés à Victoria pendant la ruée vers l'or formaient des communautés qui vivaient dans des tentes. La plupart des hommes sont allés travailler dans les concessions d'or, mais d'autres sont restés en arrière pour approvisionner les travailleurs chinois en nourriture et en fournitures.

De nombreux Canadiens blancs ne voulaient pas que des Chinois vivent près d'eux. Avec leurs petits gages, les travailleurs chinois qui restaient dans les villes comme Victoria, étaient obligés de vivre dans des logements surpeuplés dans quelques rues qui sont devenues, plus tard, les quartiers chinois. Les quartiers chinois possédaient des magasins généraux, des maisons de chambre et des pensions de famille et différents magasins comme des salons de coiffure, des boutiques de plantes médicinales, des blanchisseries et des cafés.

 
Maisons dans le quartier chinois de Victoria, en Colombie-Britannique, vers 1886   La Chinese Benevolent Association de Victoria, en Colombie-Britannique, vers 1920

Ils avaient également des associations qui aidaient les nouveaux arrivants à trouver un endroit où habiter et du travail. Ces associations fournissaient des lieux de rencontres amicales à leurs membres et offraient des services comme l'aide aux nécessiteux, des écoles de langue chinoise, l'aide juridique et des prêts.

Seuls les commerçants fortunés et quelques immigrants chinois qui s'étaient organisés pour épargner assez d'argent ont pu faire venir leur femme de Chine. Les premiers Chinois venus au Canada étaient surtout des hommes. Beaucoup étaient très seuls. Les associations chinoises dans les quartiers chinois leur fournissaient un endroit où se rencontrer, parler et passer le temps.

   
Famille d'un marchand chinois en Colombie-Britannique   Magasin chinois Yan War, à Quesnel, entre 1890 et 1910   Quatre enfants chinois devant un magasin situé probablement à Montréal, au Québec

Moose Jaw, importante ville ferroviaire, possède le plus vaste quartier chinois de la Saskatchewan. Il y a d'autres gros quartiers chinois à Toronto, à Hamilton et à Ottawa. Presque tous les Chinois qui sont allés au Québec se sont établis à Montréal. Les Maritimes aussi ont des communautés chinoises, mais elles sont petites.

 
Rue dans le quartier chinois de Victoria, en Colombie-Britannique, en 1886   La rue Pender dans le quartier chinois de Vancouver, en 1928

Suivant


Divulgation proactive